Bande Annonce de LA DISPARITION D'ALICE CREEDDécouvrez la bande Annonce de LA DISPARITION D'ALICE CREED sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2084/fond/2084_w_500.jpg
J. Blakeson
Eddie MarsanGemma ArtertonMartin Compston

LA DISPARITION D'ALICE CREED

97 mn

Note de SensCritique :

6.3 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : J. Blakeson.

Casting : Eddie Marsan, Gemma Arterton. Martin Compston

Synopsis : Victor et Danny équipent un appartement : ils multiplient les verrous sur les portes, insonorisent la chambre et installent un lit dans la chambre. Après avoir kidnappé une jeune femme du nom d'Alice Creed, ils la bâillonnent, la ligotent au lit et lui recouvrent la tête d'une cagoule. Victor, le plus âgé des deux ravisseurs,  a méticuleusement préparé l’opération et semble être la tête pensante du tandem. Il se charge de réclamer la rançon au père de la victime.

Scénario : J. Blakeson.
Musique : Marc Canham.
Pays : Royaume-Uni
Tags : Policier / Suspense, Elles n'ont pas froid aux yeux, Quel suspens !, Enlèvements et otages, Des anglaises.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Deux gars, une fille, un enlèvement… et une heure et demie de suspense ininterrompu. Pour son premier long-métrage en tant que réalisateur, le Britannique J. Blakeson fait montre d’une sacrée virtuosité. Le moindre geste, le moindre détail comptent  dans le scénario de La Disparition d’Alice Creed.

Et, de rebondissements en coups de théâtre, au fur et à mesure que montent la tension et l’angoisse, on ne s’étonne pas que Blakeson ait travaillé au scénario du deuxième volet du film d’horreur The Descent. Les dix premières minutes sans dialogue de ce thriller pourraient d’ailleurs faire penser à un film d’épouvante, comme le reconnaît le cinéaste, qui ne cache pas qu’il « adore jouer avec les attentes des spectateurs ». 

Et à changer de registre et à s’amuser avec les codes des genres sa réalisation affiche sa différence. Pour situer cette production indépendante face aux  grosses machines des studios, Gemma Arterton, la star féminine du film, avance une comparaison musicale intéressante : ici on est du côté de Radiohead tandis que les autres c’est plutôt Guns'n Roses. Tout aussi valables mais différents. Avis aux amateurs…

Tout autant que sur son scénario impeccablement réglé La Disparition d’Alice Creed repose sur les épaules de son trio de comédiens. Blakeson explique pourtant qu’il n’a pas voulu créer un personnage qui soit plus important que les autres. Et, là aussi, le cinéaste s’applique à prendre à rebours nos habitudes de spectateurs. « Au début, explique-t-il, ils sont archétypaux : le leader psychopathe, son jeune complice un peu effacé et la victime terrifiée et sans défense. Mais peu à peu, un glissement s’opère et ils se montrent tous sous un jour différent. » Blakeson complique même un peu plus les choses :  les points de vue changent au fil de l’histoire et on a du mal à s’identifier de façon constante à l’un ou l’autre des personnages. De quoi ajouter encore au malaise.
C’est la bombe Gemma Arterton qui interprète Alice Creed. L’actrice, découverte dans le James Bond Quantum of Solace, et qu’on a vue depuis, dans Le Choc des Titans ou Tamara Drewe, de Stephen Frears, n’a pas l’occasion de mettre en valeur tout son sex-appeal dans le triste  survêtement dont l’affublent ses deux ravisseurs.

La comédienne se réjouit qu’on lui ait offert ce rôle à un moment où elle sentait qu’on risquait de lui proposer indéfiniment les mêmes genres de personnages. Alice Creed représentait donc un challenge important pour elle et l’objectif a été atteint. De fait, à partir de ce film, elle a commencé à recevoir des propositions plus variées.

Quant au tournage, il a été, paradoxalement, plus éprouvant pour Eddie Marsan et Martin Compston, les deux comédiens qui incarnent les ravisseurs, que pour elle. En fait, dès la lecture du scénario, la comédienne s’était préparée psychologiquement aux scènes les plus dures. « Ligoter une femme, lui arracher les vêtements, la maltraiter, c’est très dur à faire quand on est un gentleman dans la vraie vie », expliquent Gemma Arterton et Martin Compston, l’acteur qui joue Danny et que l’on a notamment vu dans Sweet sixteen de Ken Loach, a dû quitter le plateau lors du tournage de certains plans tant ils le rendaient mal à l’aise.

Le cinéma anglais est souvent sous-estimé et La Disparition d'Alice Creed en est un exemple frappant. Laissant derrière lui ce qui aurait pu être un film coup de poing, social ou d'une violence rare, J Blakeson se cantonne (mais est-ce grave?) à faire un film à suspens alternant ...

Lire la suite
8
LeYéti

Au début on se croirait dans un remake anglais et exclusivement masculin de M6 Déco. On se dit que les deux hommes ont une façon pour le moins originale de décorer leur appart ; et puis cet étonnement bascule dans l'incompréhension. Tiens, ils capitonnent les murs et le sol. ...

Lire la suite
7
Celluloid

Désormais, je vais voir tous les films avec Gemma Arterton. Même quand elle ne peut pas montrer tout son talent d'actrice quand elle est mise à nue, attachée à un lit et baillonnée pendant tout le film, bah MÊME Là, je vais voir. ...

Lire la suite
8
Kamui
A voir également
Affiche du film SHERLOCK HOLMES

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LE CHOC DES TITANS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film TOKAREV

à partir de

3.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film CODE MOMENTUM

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés