LA GOUMBÉ DES JEUNES NOCEURS

1965
26 mn
Inclus dans l’abonnement

1965
26 mn
Parce qu'une nouvelle fois, Jean Rouch parle d'Afrique,de danse et de culture

Adidjan, République de Côte d’Ivoire, 1965. De nombreux jeunes villageois, venus chercher du travail à la ville, se retrouvent dans le quartier populaire de Treichville. Ils se réunissent dans des « goumbés », des associations culturelles qui leur permettent de retrouver le lien social et la solidarité qui existait dans leurs campagnes. La Goumbé des jeunes noceurs, nouvellement...

Inclus dans l’abonnement
Documentaire
France
Tous publics
VF - HD

1 min avant
Les + de filmo

Somptueusement restauré, ce film de Jean Rouch filmé à Abidjan célèbre la danse et, accessoirement, la chatoyante culture de la sape telle qu’elle naquit au Congo pour essaimer dans d’autres pays, comme, ici, la Côte d’Ivoire. On est loin des transes inquiétantes filmées par Jean Rouch dans Les maîtres fous en 1955. Cette fois, la danse est domestiquée. Les pas sont travaillés, les musiques et les chants renouvelés à chaque réunion. Les danseurs sont de jeunes travailleurs. La danse, la musique ou le chant ne les définissent pas. Ces disciplines, où ils excellent, appartiennent, pour eux, au temps du loisir, aussi minime soit-il. Toute cette explosion rythmique, qui emporte le film – et le spectateur – dans la deuxième partie, est d’ailleurs permise par une structuration administrative précise, où l’on décèle l’influence de la France. Ainsi, le cadre s’énonce-t-il longuement dans les statuts de l’association (la goumbé = la fraternité), dans les rôles assignés à chacun et dans les règles de fonctionnement du collectif festif. Film généreux, entraînant, La Goumbé des jeunes noceurs donnait à voir, en 1965, un visage de l’Afrique au carrefour de la tradition et de la modernité, le regard résolument tourné vers l’Occident et sa balbutiante civilisation des loisirs.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver AFRIQUE 50 (Parce qu'en 17 minutes, René Vautier dénonce pour la première fois la présence coloniale française au Niger et en Côte d'Ivoire.) ou encore AYA DE YOPOUGON (Yopougon est un autre quartier populaire d'Abidjan : cette chronique en dessin animé, pleine d'humour et de couleurs, est l'adaptation d'une bande dessinée à succès.).

FilmoTV vous recommande

Même réal

Pas si éloigné

Autour du film