LA GRANDE CHEVAUCHÉE

Bientôt disponible
0
Adulte - 1979 - Allemagne - 72 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Jean veut faire découvrir à Mirja les joies de l'échangisme et la conduit chez des amis qui sont déjà en pleine partouze. Choquée, Mirja refuse d'y participer. Jean repart avec elle. En chemin, il s'arrête dans un bois pour lui faire l'amour puis l'abandonne lâchement après l'étreinte. Appeurée, Mirja s'enfuit dans la forêt et trouve refuge dans une maison et dans les bras de Rosy et Mike, un couple très accueillant qui l'initie au triolisme. Gaby et Walter connaissent en revanche bien l'amour à trois et sortent d'une discothèque avec Erika. Gaby et Marji se promènent et rencontrent Rosy. Elles commencent à se mignarder quand le téléphone sonne. C'est Jean qui s'excuse auprès de Mirja. Elle abandonne ses deux amies enlacées pour rejoindre son mufle de fiancé et fêter dignement avec lui les retrouvailles.

Réalisé par

Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

L’imagerie hard se développait en Europe depuis la libération sexuelle des années 60 dans des magazines pornos fabriqués en Suède et au Danemark. Les numéros de Private ou de Color Climax, qui traversaient les frontières en douce, grâce à la témérité de quelques camionneurs, popularisaient sur papier glacé les gros plans d’éjaculations, de fellations, de pénétrations.
L’Allemagne des Eros-center suivit cette vague et inonda le marché de nouveaux titres. Comme beaucoup d’autres films, LA GRANDE CHEVAUCHEE, tournée en 1978, est un film allemand parfaitement représentatif de cette pornographie sans prétention mais roborative. Contrairement au porno bourgeois développé en France à la même période, ici les protagonistes sont issus des jeunes classes moyennes. La culpabilité est bannie du scénario au profit d’une sexualité décomplexée. Echangisme et triolisme sont au cœur d’une intrigue toute simple qui décrit l’émancipation rapide d’une jeune femme un peu coincée.
Le plus déroutant aujourd’hui est peut-être la bande son de ce film, entièrement illustré par de longues plages musicales et la post-synchronisation sur laquelle je reviendrai tout à l’heure.

Tags

Le contexte

Anne Magle

Enrico Calvi

LES BELLES DAMES DU TEMPS JADIS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS