Bande Annonce de La grande illusion (VERSION RESTAURÉE)Découvrez la bande Annonce de La grande illusion (VERSION RESTAURÉE) sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1251/fond/1251_w_500.jpg
Jean Renoir
Erich Von StroheimJean GabinPierre FresnayDita ParloGaston ModotGeorges PécletJacques BeckerJean DastéJulien CaretteMarcel DalioSylvain ItkineWerner Florian

La grande illusion (VERSION RESTAURÉE)

114 mn

Note de SensCritique :

7.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Jean Renoir.

Casting : Erich Von Stroheim, Jean Gabin, Pierre Fresnay, Dita Parlo, Gaston Modot, Georges Péclet, Jacques Becker, Jean Dasté, Julien Carette, Marcel Dalio, Sylvain Itkine. Werner Florian

Synopsis : Au cours de la Première Guerre mondiale, l’avion du lieutenant Maréchal et du capitaine de Boeldieu, de l'escadrille MF902, est abattu par le commandant allemand von Rauffenstein. Dans le camp de prisonniers, les deux français retrouvent leurs compatriotes déjà internés et bien décidés à s’échapper. Mais, alors que le trou qu’ils creusent depuis deux mois est sur le point de les mener vers la liberté, ils sont transférés dans un autre camp, Maréchal et Boeldieu se retrouvant à Wintersborn, forteresse médiévale où ils retrouvent von Rauffenstein, à la fois « enchanté » et « désolé » de les revoir...

Scénario : Charles Spaak, Jean Renoir.
Musique : Joseph Kosma.
Pays : France
Tags : Venice Film Festival, 1ère Guerre Mondiale, Oscars.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Le 8 juin 1937, les parisiens découvrent la Grande illusion, le nouveau film de Jean Renoir qui, après le Crime de Monsieur Lange, Partie de Campagne et les Bas-fonds, propose une œuvre humaniste et pacifiste dans laquelle, ne prenant partie ni pour celui-ci, ni pour celui-là, il exprime clairement son mépris des frontières – dont la nature n’a que faire – et prouve que, même en temps de guerre, les adversaires peuvent rester des hommes ; « Que la guerre soit légère à notre courageux adversaire », déclare, solennel et droit dans sa minerve, l’imposant commandant von Rauffenstein, alias Erich von Stroheim.

Unanimement considéré comme un chef-d’œuvre et même classé parmi les douze meilleurs films de tous les temps par un jury de critiques réuni à Bruxelles en 1958 à l’occasion de l’exposition universelle, la Grande illusion fut qualifiée « d’ennemi cinématographique n°1 » par Joseph Goebbels, ministre de la Propagande du IIIe Reich, alors que, de son côté, Roosevelt – trente-deuxième président des états-Unis – déclara, au terme d’une projection privée à la Maison Blanche, en novembre 1937 : « Tous les démocrates du monde devraient voir ce film ». D’ailleurs, malgré sa nationalité et sa langue d’origine – le français – la Grande illusion fut nommé à l’Oscar du meilleur film de l’année, suprême récompense finalement attribuée cette année-là au célèbre Vous ne l’emporterez pas avec vous, de Frank Capra.

Voici donc la Grande illusion, au générique duquel vous allez découvrir une certaine « Gourdji » au poste de script-girl. Il s’agit de France Gourdji, la future journaliste, écrivain et femme politique, plus connue sous le nom de Françoise Giroud.

C’est en 1934, pendant le tournage provençal de Toni, que Jean Renoir retrouve, par hasard, l’adjudant Armand Pinsard – devenu le général Armand Pinsard –, celui-là même qui, pilote de chasse entre 1914 et 1918, sauva la vie du futur cinéaste, lui-même engagé dans les rangs de l’Armée de l’air. Devenu commandant de la base aérienne proche du lieu de tournage, le général Pinsard fera en sorte que le bruit de ses avions ne dérange pas trop les prises de vue de ce drame paysan, tourné en son direct.

Se retrouvant une vingtaine d’années après leur marquante première rencontre, les deux hommes prennent l’habitude de dîner ensemble, et c’est au cours de ces soirées que le militaire raconte au cinéaste ses « aventures de guerre ». Abattu sept fois par les Allemands, sept fois il parviendra à s’évader. Renoir prend des notes. Des notes qu’il confie au scénariste Charles Spaak, avec lequel il avait déjà travaillé sur les Bas-fonds et qui, de son côté, avait déjà collaboré à quelques classiques du cinéma français de l’entre-deux-guerres, tels que Pension Mimosas et la Kermesse héroïque de Jacques Feyder ou la Bandera et la Belle équipe, de Julien Duvivier avec Jean Gabin. Jean Gabin qu’admirait profondément Jean Renoir : « C’est l’acteur avec un grand A », déclara-t-il à des journalistes des Cahiers du cinéma en 1957. « J’ai tourné avec des tas de gens, je n’ai jamais rencontré une telle puissance cinématographique [...] ça doit provenir d’une profonde honnêteté. C’est certainement l’homme le plus honnête que j’ai rencontré dans ma vie. » Après les Bas-fonds et la Grande illusion, ils se retrouveront l’année suivante avec la Bête humaine et, dix-sept ans plus tard, en 1954, avec French Cancan.

Quant à Erich von Stroheim – qui, contre toute attente, parlait très mal l’allemand –, Renoir le jugea tout d’abord « insupportable ». Comme il l’expliqua plus tard, son admiration totale pour le comédien et, plus encore, pour le cinéaste qu’il fut, l’avait un peu aveuglé. Il était désespéré par certaines facettes de son interprète : « Mon idole était devant moi et [...] je découvrais un être enfoncé dans des clichés puérils ». Après s’être opposé violemment, le comédien et le réalisateur finirent par tomber dans les bras l’un de l’autre, les larmes de l’un mouillant le costume de l’autre. Après ce pénible épisode, Renoir déclara à Stroheim qu’il préférait encore abandonner la mise en scène de son film plutôt que d’entrer à nouveau en conflit avec celui qu’il admirait tant. Dès lors, la star jura qu’il obéirait exactement aux indications de son metteur en scène. Et, d’après Renoir, il tint parole !

La Grande Illusion

La Grande Illusion est un de ces chefs-d'œuvre intemporels qui accaparent votre esprit sans relâche. Je pèse mes mots et je dis cela sans emphase : si elle a trait de prime abord à la Première Guerre Mondiale, l'œuvre de Renoir est un monument du cinéma mondial dont la portée ...

Lire la suite
10
Morrinson

C'est la guerre ! Mais on peut la faire poliment.

La seconde guerre mondiale, contrairement à la première, a transcendé les frontières nationales ; elle a constitué le premier conflit idéologique mondial ; suscitant des mouvements de collaboration et de résistance. Situant son film lors de la première guerre mondiale, ...

Lire la suite
10
gallu

Superbe chant d'amour

Il est difficile d' exprimer par des mots l'émotion qui m'a saisie en revoyant sur grand écran et en version restaurée cette Grande Illusion, la quintessence du Cinéma, hymne formidable d'égalité et de fraternité qui exalte l'Homme, véritable message d'espoir et de foi ...

Lire la suite
10
Aurea
 
A voir également
Affiche du film DES GENS SANS IMPORTANCE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Les gaietés de l escadron

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film French Cancan

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Les croix de bois (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMMENT J AI RENCONTRE MON PERE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film HHHH

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VENISE SOUS LA NEIGE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN PROFIL POUR DEUX

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CONSPIRACY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE JANE DOE IDENTITY

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés