Bande Annonce de LA LOI DU SEIGNEURDécouvrez la bande Annonce de LA LOI DU SEIGNEUR sur FilmoTVhttp://
William Wyler
Anthony PerkinsDorothy McguireGary CooperJoel FluellenMarjorie DurantPeter Mark RichmanPhyllis LoveRichard EyerRichard HaleRobert MiddletonTheodore NewtonWalter Catlett

LA LOI DU SEIGNEUR

132 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : William Wyler.

Casting : Anthony Perkins, Dorothy Mcguire, Gary Cooper, Joel Fluellen, Marjorie Durant, Peter Mark Richman, Phyllis Love, Richard Eyer, Richard Hale, Robert Middleton, Theodore Newton. Walter Catlett

Synopsis : Dans l’Indiana, en 1862, la famille Birdwell fait partie de la communauté religieuse des Quakers, résolument non violents et rétifs aux attractions du monde moderne. Cependant, si Eliza, femme pasteur qui prend régulièrement la parole aux assemblées, est très fidèle à ses principes, Jess son époux ne rechigne pas à stimuler le cheval qui tire leur carriole et faire la course chaque dimanche avec son ami et voisin. Il fait l’acquisition d’un orgue, tandis que leurs trois enfants découvrent les joies d’une fête foraine : bal, bagarres et jeux d’argent… Mais  la guerre de Sécession qui fait rage arrive à leurs portes, et chacun va devoir prendre des décisions et contourner certaines lois régissant leurs vies.

Scénario : Michael Wilson.
Musique : Dimitri Tiomkin.
Tags : Drame, Politique / Histoire, PLUS D'ACTION, Film des années 1950, Religieux.

Inclus danspassillimite
voir ce film

Le titre américain, Friendly persuasion, qu’on pourrait traduire par «douce persuasion» relate mieux que La Loi du seigneur ce que ce film de William Wyler raconte : il est centré sur une famille de Quakers, communauté non violente vivant dans la simplicité et le dénuement, en Indiana en 1862, c’est-à-dire en pleine guerre de Sécession. Plutôt que la violence, c’est donc la douce persuasion qui est la loi ici, mais lorsque des troupes armées approchent, est-ce encore possible ? 

Sans jeu de mot, c’est un film assez désarmant ! Il est remarquablement joué, classiquement mis en scène mais allègre et coloré, avec des moments au bord de la niaiserie, mais aussi des scènes d’une force incroyable lorsque le fils ainé (interprété par Anthony Perkins), puis le père (Gary Cooper) prennent les armes. Présenté en compétition au dixième Festival de Cannes, en 1957, La Loi du Seigneur de William Wyler remporte cette année-là la Palme d’or, tandis que Le Septième Sceau d’Ingmar Bergman et Kanal d’Andrzej Wajda reçoivent ex aequo le prix spécial du jury présidé par l’écrivain André Maurois, que Giulieta Masina est couronnée du prix d’interprétation féminine pour Les Nuits de Cabiria de Federico Fellini et que Robert Bresson est sacré meilleur metteur en scène pour Un condamné à mort s’est échappé

William Wyler a vécu une longue et belle idylle avec le Festival, puisque Une histoire de détective valut à Lee Grant le prix d’interprétation féminine en 1951, tandis que Samantha Eggar et Terence Stamp étaient tous deux récompensés pour L’Obsédé en 1965, quant à Ben Hur, il y fut présenté hors compétition en 1960, et le critique de L’Aurore, Stève Passeur écrivit « Aucun des spectateurs sortant du Palais de la Croisette le 4 mai à 1 heure du matin n’oubliera jamais la course de chars romains durant près d’un quart d’heure, gardant cependant un intérêt, une émotion, une perfection, un suspense, sans doute jamais vus à l’écran...»

Né en 1902 à Mulhouse, en Alsace alors Allemande, ayant grandi en France et en Suisse, William Wyler a émigré aux Etats-Unis à dix-huit ans, en 1920 pour y travailler aux studios Universal. Ceux-ci étaient alors dirigés par Carl Laemmle, qui n’était autre que le cousin de sa mère ! D’abord garçon de course dans les bureaux de la côte Est, il rejoignit deux ans plus tard la côté ouest et devint réalisateur à partir de 1925, avec des courts métrages et films de série B, puis des films plus ambitieux, westerns et comédies… 

Passé à la Metro Goldwyn Mayer au milieu des années 1930, puis faisant des allers-retours entre ce studio et la Warner Bros à la fin de celle-ci, et entre la MGM et la Columbia à la fin de sa carrière, il connut un succès grandissant avec des mélos bien dans leur époque, puis des films à grand spectacle. Il a bénéficié de nominations régulières aux Oscars du meilleur film et du meilleur réalisateur (Dodsworth en 1936, Les Hauts de Hurlevent en 1939, La Lettre en 1940, La vipère en 1941, L’Héritière en 1949, Une histoire de détective en 1951, Vacances romaines en 1953, La Loi du seigneur en 1957 et L’Obsédé en 1965). Il remporta trois Oscar du meilleur réalisateur pour Mrs Miniver (1943) Les plus belles années de notre vie (1945) et Ben-Hur (1959). Parmi ses acteurs récompensés par la statuette, notons Bette Davis, Greer Garson, Olivia de Havilland, Fredric March, Audrey Hepburn et Charlton Heston. 

Bizarrement vanté et taclé dans la même phrase par Bazin, considéré comme un réalisateur du deuxième rayon, notamment par Tavernier et Coursodon dans 50 ans de Cinéma américain, Wyler est néanmoins un homme de talent, à l’œuvre certes inégale, dont Les Plus Belles Années de notre vie reste le chef d’œuvre, et qui, de L’Insoumise à L’Obsédé, a laissé des films ambitieux remarquablement interprétés et d’une beauté formelle indéniable.

Cet éloge de la paix, non dénué d'humour, a obtenu la Palme d'or en 1957 et 6 nominations aux Oscars. C'est un des films préférés de Reagan et l'a offert à Gorbatchev pour renforcer leurs liens. ...

Lire la suite
7
Noelle Septier

Somptueux et léger. paradoxal, non ?

L'indiana pendant la guerre de Sécession. Une famille de quakers : le père (Cooper), la mère (Dorothy Mcguire), le grand fiston (Anthony Perkins), la soeur coquette (Phyllis Love), le gamin rouquin rigolo (Little Jess), le voisin méthodiste plutôt taquin, le sergent nordiste ...

Lire la suite
7
zardoz6704

Qui se souvient que William Wyler a reçu la palme d'or ? Personne, étant donné que, parmi ses nombreux grands films, ce n'est que cet insignifiant Loi du seigneur qui l'a remportée. Le Loi du seigneur c'est un film beaucoup trop long, 2h17. 2h17 dans lequel on a affaire à ...

Lire la suite
7
JimAriz
 
le contexte
A voir également
Affiche du film DU SANG DANS LE DÉSERT
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film Quand la ville dort

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L HOMME AUX COLTS D OR
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film LES GARDIENNES

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THELMA

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PROMESSE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SANTA & CIE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L HÉRITIER (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film PADDINGTON 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés