LA LOI DU SEXE

Bientôt disponible
0
Adulte - 2007 - Espagne - 118 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Lorsque Claire apprend l'assassinat de sa soeur, elle décide de retrouver le meurtrier. Elle découvre alors que sa propre soeur menait une vie de prostituée sous la coupe d'un grand ponte mafieux. Utilisant sa rage, sa tristesse et son sexe, elle va se faire justice elle-même.

Réalisé par

Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

Dans chaque pays d’Europe, il y a des cinéastes authentiques qui sommeillent chez les réalisateurs de films pornos. On peut ainsi citer Mario Salieri en Italie, John B Root et Jack Tyler en France ou encore Anna Span en Angleterre. Tous s’efforcent, avec leurs faibles moyens, de  tourner des films X soignés dont certains ont de fortes accointances avec le cinéma traditionnel. C’est également le cas en Espagne d’un certain Pépé Catman  qui,  tout comme son compatriote Roberto Valtuena, aligne depuis le début du millénaire quelques bons films grivois au pays des castagnettes et de Luis Mariano. Il n’est qu’à voir sa Loi du sexe, porno/polar ambitieux  avec autant d’intrigue que de séquences de cul.  Un peu comme si on avait piraté un épisode du Commissaire moulin de scènes de fellations et de pénétrations. On suit donc les mésaventures sexuellement salées d’une jeune femme qui tente de venger le meurtre de sa sœur en infiltrant à l’arrache le  milieu des mafieux teigneux et des partouzes spermeuses. Avec, au programme , des coups de flingue bien ajustés, une scène de soumission dans des toilettes publiques, quelques règlements de compte sanglants, une fellation dans un hammam, une saillie perverse chez une fleuriste nymphomane et un accouplement étrange entre l’héroïne et un violeur portant un masque de kabuki. Pépé Catman s’éclate donc derrière la caméra en usant de travellings filmés à la steadycam, en insistant sur les couleurs pétantes lors d’une scène de night club que n’aurait pas reniée Gaspar Noé et utilise même le split screen en partageant de temps à autre l’écran en deux, comme Brian De Palma le faisait naguère dans Phantom of the Paradise. Quelques bonnes raisons d’aller river ses mirettes sur ce porno ibérique plutôt sympatique….  

Tags

Le contexte

Monica Vera

Pepe Catman

OUTRAGES