LA MAISON AU BOUT DE LA RUE

2012
97 mn
Parce que le film est réalisé juste avant que Jennifer "Hunger Games" Lawrence devienne star
Inclus dans l’abonnement

Elissa et sa mère emménagent dans une maison  isolée. La seule demeure voisine a été le théâtre d'un fait divers sordide : une enfant y a tué ses parents. Du massacre, seul  a survécu le frère  qui habite encore les lieux. Il sympathise alors avec Elissa. Mais ce jeune garçon au comportement étrange semble cacher quelques noirs secrets dans sa cave… 

Inclus dans l’abonnement
Fantastique / Horreur
Canada|Etats-Unis
- 12 ans
VM
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

On ne voudrait pas dévoiler trop de détails de l'intrigue tant le film repose sur son mystère et la découverte progressive d'éléments tous plus inquiétants les uns que les autres. Disons pour vous donner envie de le voir, que c'est un hommage moderne à Alfred Hitchcock en général et à son fameux Psychose en particulier. Il est construit comme un film de Pascal Laugier, réalisateur de The secret et Martyrs, c'est-à-dire que personne n’est vraiment ce qu’il semble être au premier abord et le récit prend souvent des tournures inattendues. Chausses-trapes, retournements de scénario... La Maison au bout de la rue regorge de surprises !
La genèse de ce film a été douloureuse. Quelques années avant son tournage, le film devait être réalisé par Jonathan Mostow, le réalisateur de Terminator 3, et Mostow avait proposé au jeune Richard Kelly, scénariste et réalisateur de la sensation indé de l'époque, Donnie Darko, d'écrire le scénario d'après son idée originale. Comme cela arrive souvent, le projet n’a pas abouti mais les producteurs ont  continué à le développer. Jonathan Mostow est finalement crédité comme auteur de l'histoire originale et c'est le cinéaste Mark Tonderai qui l'a mis en image.
La jeune voisine éprise du voisin mystérieux est incarnée par Jennifer Lawrence, la jeune actrice la plus prometteuse du moment, sachant alterner blockbusters ambitieux tels que X-Men au commencement ou Hunger Games et films d'auteurs exigeants mais ayant su rassembler un public dépassant le cadre des initiés,  de Winter's bone à Happiness Therapy.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver THE SECRET (Pascal Laugier excelle à filmer des récits-gigognes où le récit semble se réinventer sans cesse au gré des péripéties.) ou encore LE SOUS-SOL DE LA PEUR (Une famille séquestre dans son sous-sol des enfants qu'elle a kidnappés. Un garçon va s'introduire dans le lieu...).

FilmoTV vous recommande

Pas si éloigné

20064