Bande Annonce de La mauvaise éducationDécouvrez la bande Annonce de La mauvaise éducation sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/817/fond/817_w_500.jpg
Pedro Almodóvar
Daniel Giménez CachoFele MartínezGael García BernalLluís HomarAlberto FerreiroFrancisco BoiraJavier CámaraLeonor WatlingNacho PérezRaúl García ForneiroRoberto HoyasSara Montiel

La mauvaise éducation

105 mn

Note de SensCritique :

7.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pedro Almodóvar.

Casting : Daniel Giménez Cacho, Fele Martínez, Gael García Bernal, Lluís Homar, Alberto Ferreiro, Francisco Boira, Javier Cámara, Leonor Watling, Nacho Pérez, Raúl García Forneiro, Roberto Hoyas. Sara Montiel

Synopsis : Espagne, début des années 60. Deux jeunes garçons, Ignacio et Enrique, découvrent l'amour, le cinéma et la peur dans une école religieuse, le tout sous l'œil du père Manolo, directeur de l'institution et professeur de littérature. Ces trois personnages se reverront deux autres fois à la fin des années 70 puis en 1980. Leur destin en sera profondément bouleversé.

Scénario : Pedro Almodóvar.
Musique : Alberto Iglesias.
Pays : Espagne
Tags : Thriller espagnol, Eveil à la sexualité .

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Le 26 mars 2000, Pedro Almodovar est fou de joie quand il reçoit l’Oscar du meilleur film étranger pour Tout sur ma mère que le Festival de Cannes avait boudé quelques mois auparavant.

De retour en Espagne au printemps, après avoir abandonné l’idée d’un projet hollywoodien, le cinéaste espagnol hésite entre deux films dont un sur lequel il travaille depuis plus de dix ans. Il veut y raconter l’histoire d’un travesti ancien pensionnaire d’un collège religieux. Il se met alors à la recherche de son interprète principal et, selon l’expression de Thomas Sotinel, travestit tout ce que le monde hispanophone compte de jeunes et beaux acteurs ! Mais, il ne trouve pas son bonheur et se tourne vers l’autre film qui deviendra Parle avec elle. Une fois ce dernier sorti, il reprend le fameux projet. Désormais, il est certain qu’il tournera La Mauvaise éducation.

Il a même trouvé son acteur principal en la personne du séduisant Gael Garcia Bernal. Ce Mexicain d’origine devra prendre l’accent espagnol et s’habituera à se travestir pour les besoins du scénario. Et tant pis si les relations entre les deux hommes s’avèreront exécrables tout au long du tournage. Pour Almodovar, l’essentiel est ailleurs, en l’occurrence dans cette part de son propre passé qui ne passe pas.

Les films dans le film : Pedro Almodovar est un cinéaste cinéphile et nombre de ses films contiennent des extraits d’autres films. On se souvient par exemple de Eve de Mankiewicz vu dans Tout sur ma mère ou le réjouissant faux film muet dans Parle avec elle.

La Mauvaise éducation ne fait pas exception. Deux enfants, Ignacio et Enrique, fuient les avances du Père Manolo pour se réfugier au cinéma et s’émerveiller devant un pur mélo avec Sara Montiel, Esa Mujer que Mario Camus réalisa en 1968. Et, à la fin du film, deux assassins profitent d’un festival du Film noir pour aller voir Thérèse Raquin de Marcel Carné, Assurance sur la mort de Billy Wilder ou La Bête humaine de Jean Renoir, on ne sait lequel exactement. Et l’un des deux meurtriers-spectateurs de déclarer en sortant de la salle de projection : « C’est à croire que tous ces films parlent de nous. » Effet de miroir garanti. Mais, avec La Mauvaise éducation, Almodovar se livre également à l’autocitation avec ses propres films. En effet, il reprend ici, sous une nouvelle forme certes, une scène déjà vue dans deux de ses fils antérieurs, Dans les ténébres et La Loi du désir, à savoir le moment où l’enfant Ignacio doit chanter une romance aux paroles plus qu’ambiguës à l’adresse du Père supérieur.

La reprise d’un tel motif dont Almodovar n’a jamais nié le caractère totalement autobiographique montre si besoin était que ce film est d’abord une plongée dans les souvenirs du cinéaste. L’Amarcord d’Almodovar en quelque sorte. Le film suivant Volver, à travers un retour au village natal, prolongera cette quête de l’enfance et des origines, dans une tonalité parfois plus légère mais jamais insouciante.

"We don't need no education"

La mauvaise éducation. Le titre est déjà négatif. Avec Almodovar il faut s'attendre à tout et l'on sait déjà que ça va être torturé et sinueux. Qu'on le veuille ou pas on aime cela. On aime voir nos propres tourments dans ses films, nos propres peurs, nos désirs enfouis ...

Lire la suite
8
Guillaume Pembroke

Dans une institution religieuse franquiste, au milieu des années soixante, deux adolescents Ignacio et Enrique se découvrent une passion amoureuse l'un pour l'autre. Ici la discipline exercée notamment par le Père Manolo est très stricte voire d'une sévérité absolue. Ce ...

Lire la suite
9
Gérard Rocher

L’aura de film choc de La mauvais Education n’a pas faiblie depuis sa sortie en salles (2005). Mais ce choc n’est pas vraiment volontaire, le film contenant les ingrédients « classiques » du cinéma d’Almodovar. Portraits sans retenue, narration virtuose (les récits ...

Lire la suite
7
Voracinéphile
 
A voir également
Affiche du film Blindness

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Casa de mi Padre
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film En chair et en os
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film La piel que habito

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film GET OUT

à partir de

4.99
 
Affiche du film AURORE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BRAQUAGE À L ANCIENNE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE PROCÈS DU SIÈCLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BOULE ET BILL 2

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film RUE DES CASCADES

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés