LA MORT EN CE JARDIN
Bientôt disponible
Bunuel, même quand il dirige un film aux allures classiques, parvient toujours a être iconoclaste.
Aventure / Action - France | Mexique - 95 MIN - Tous publics
Une révolte dans une cité minière de l'Amazonie contraint un groupe d'hommes et de femmes à s'enfoncer dans la forêt vierge.

Réalisé par

6.1 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas

Laurent Delmas

CHRONIQUEUR

On aurait tort de cantonner le cinéma de Luis Buñuel à son versant surréaliste et fantasmatique, quelle que soit l’importance et la qualité des films qui s’inscrivent dans cette veine assurément talentueuse. La mort en ce jardin n’appartient pas en effet à ce courant. Réalisé durant la période mexicaine du cinéaste, il s’agit essentiellement d’un film d’aventures formellement très classique dont l’action se déroule en 1945 dans une petite ville d’Amérique latine où s’est constituée une petite troupe de prospecteurs exploitant des terrains diamantifères. Le tout conduit par un casting à la tonalité très française puisque les premiers rôles sont tenus par Simone Signoret, Charles Vanel, Georges Marchal et Michel Piccoli.

La mort en ce jardin est l’adaptation d’un roman de José-André Lacour. Mais en matière d’adaptation littéraire, Buñuel n’en n’est pas à son coup d’essai. Il a déjà adapté Robinson Crusoé et Les Hauts de Hurlevent. Pour cette nouvelle adaptation, il fait appel à son fidèle collaborateur Luis Alcoriza avec lequel il a notamment écrit Los Olvidados six ans plus tôt en 1950. Toutefois, le cinéaste, insatisfait du premier scénario, ne cessa de le réécrire durant les trois semaines que dura le tournage du film. Il fit même appel au célèbre écrivain français Raymond Queneau, l’auteur de Zazie dans le métro, qui vint deux semaines sur place, au Mexique, pour apporter sa touche au scénario en cours de tournage.

Les trois auteurs ont finalement transcendé le genre du film d’aventures pour se livrer à une véritable critique de la société humaine aux prises avec la cupidité. On songe inévitablement aux trois chefs d’œuvre de John Huston qui s’inscrivent dans cette même démarche : Le Trésor de la Sierra Madre, African Queen et L’Homme qui voulut être roi. Autant de films qui tout en racontant une histoire souvent haletante prennent le temps de renvoyer le spectateur à des interrogations quasi philosophiques sur nos comportements et nos modes de vie. En route donc pour le Mexique !

Contexte

Simone Signoret

Une nouvelle variation sur le thème de la cupidité avec en toile de fond, comme dans le film de Bunuel, une exploitation diamantifère.

Luis Buñuel

Les héros de John Huston, comme ceux de Bunuel, vont se découvrir lors d'une plongée dans l'aventure au sein d'une nature aussi sauvage qu'hostile, loin de la civilisation et de ses codes hypocrites.

JUDITH THERPAUVE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité