Bande Annonce de LA NOUVELLE BABYLONEDécouvrez la bande Annonce de LA NOUVELLE BABYLONE sur FilmoTVhttp://
Grigori Kozintsev
Andrei KostrickinAnna ZarzinskajaDavid GoutmanElena KouzminaEvgenij CerjakovPoitr SobolievskiSerguei GuerassimovSofia MagarillVsevolod Pudovkin

LA NOUVELLE BABYLONE

73 mn

Note de SensCritique :

7.1 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Grigori Kozintsev, Leonid Trauberg.

Casting : Andrei Kostrickin, Anna Zarzinskaja, David Goutman, Elena Kouzmina, Evgenij Cerjakov, Poitr Sobolievski, Serguei Guerassimov, Sofia Magarill. Vsevolod Pudovkin

Synopsis : Année 1871. Une évocation de la Commune de Paris, vue d’un grand magasin, Nouvelle Babylone. Un bal tourne court car on y apprend que l’armée française est battue. Les Prussiens marchent sur Paris. La bourgeoisie qui acclamait quelque temps plus tôt le départ des soldats veut capituler, tandis que le peuple lui, n’entend pas se rendre.

Scénario : Grigori Kozintsev, Leonid Trauberg.
Musique : Dimitri Chostakovitch.
Tags : Politique / Histoire, Cinéma soviétique, Tirés de ..., Histoires dans l'histoire.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Le tandem Grigori Kozintsev -  Leonid Trauberg, coréalisateurs de la Nouvelle Babylone occupe une place à part dans le cinéma soviétique en général, dans celui de la NEP en particulier.

Tout d’abord parce que les deux hommes exercent une influence intellectuelle importante sur la plupart des cinéastes soviétique du moment. Kozintsev et Trauberg sont à la tête d’une école, la FEKS, (ou encore la Fabrique de l’Acteur Excentrique), un collectif d’avant-garde théâtral qui prône une certaine forme d’interprétation chez le comédien, basée sur l’expressionnisme, exagérée, marquée et outrancière. Inspirée du théâtre, les théories de Grigori Kozintsev et Leonid Trauberg  influenceront significativement le cinéma Soviétique. Instance de prestige, la FEKS se veut aussi être un lieu de passage obligé. Un talent comme Eisenstein viendra y gagner ses lettres de noblesse.

En matière de cinéma, Kozintsev et Trauberg coréalisent ensemble une grosse quinzaine de films entre 1924 et 1945. La manière dont ils se partagent le travail est simple. La mise en scène globale est exécuté par Kozintsev, tout  le reste (scénario, choix des comédiens …) est assuré par Leonid Trauberg.

Pour ce qui concerne la Nouvelle Babylone, tourné en 1929 et consacré à la Commune de Paris, il est frappant d’observer la façon dont le film parvient à agréger des sources d’origine différente, par exemple plusieurs textes de Zola ainsi que des écrits de Marx sur la Commune,  et à agencer le tout dans un ensemble  cohérent. Ainsi les épisodes même de la Commune et de la guerre de 1870 sont ils sublimés pour devenir des éléments même de la Révolution de 1917, tandis que les personnages du récit sont assimilables à des Russes et à des Soviétiques, et ce de façon simple dans l’utilisation des oppositions. Dans le Paris assiégé, les bourgeois apparaissent comme  des lâches au contraire des ouvriers qui sont au contraire les porteurs d’un espoir nationaliste, et à l’arrivée les  véritables dépositaires du courage. Un tel schisme entre ouvriers et bourgeois est typique de l’idéologie soviétique.

Autre sujet de  fascination rétrospective, la recréation du Paris de la Belle Epoque qui résulte d’un voyage des deux cinéastes à Paris et de recherches aussi minutieuses qu’appliquées.

Un apport  marquant du film se trouve également dans la composition musicale  de Chostakovitch, compositeur emblématique du régime. Dans le cas présent,  musicien et cinéastes ont fonctionnés de pair sur le film, à l’inverse de ce qui se pratique généralement. La partition de Chostakovitch influence autant les images que l’inverse. Il s’agit  d’un des premières tentatives dans l’histoire du cinéma, pour qu’une musique soit prise  à ce point en compte. Il faudra attendre plus tard Eisenstein et Prokofiev pour retrouver un mode de collaboration comparable. Une des véritables révolutions de la Nouvelle Babylone se situe vraiment dans l’utilisation de la musique, plus encore que dans la reconstitution historique que le film propose.

Si celui-ci marque le sommet de la collaboration entre Kozintsev et Trauberg, les deux hommes n’ en travailleront reront pas moins ensemble pendant encore quelque temps avant de  connaître des destins différents.  Kozintsev poursuivra seul sa carrière de cinéaste et ce de façon assez prestigieuse après la guerre, avec des adaptations de Shakespeare telle que Hamlet et Le Roi Lear. De son côté Trauberg, qui n’avait pas de talent de mise en scène à proprement parler, rencontrera davantage de difficultés et sera mis à l’écart pour des raisons de « cosmopolitisme », le nom de code utilisé par en Union Soviétique pour éviter le mot Juif.

Majeure en son temps, l’influence des cinéastes soviétiques qui ont travaillé pendant une période exceptionnelle, celle de la NEP, se perd néanmoins dans les années 30 qui constituent des années de véritable fermeture. L’impulsion de ceux-ci se retrouvera néanmoins dans le cinéma Soviétique d’après guerre essentiellement pendant sa période Khrouchtchev, mais surtout dans le cinéma dit du bloc de l’Est.  

Il apparaît que le cinéma soviétique n’a jamais été aussi prestigieux que dans les années 60 avec l’émergence de réalisateurs tels que Andrei Tarkovski et Mikhail Kalatozov. Les ambitions de la période étaient de nature inspirée, mettant en avant un cinéma de l’épopée, un cinéma spectaculaire, un cinéma qui permet  d’irriguer plusieurs générations de cinéastes… et dont les racines se trouvent dans les films des années 20 et 30. La glaciation Brejenevienne mettra néanmoins un terme à ce mouvement.

Par ailleurs  il est frappant de constater en revoyant des films tels que « Tempête sur l’Asie » ou « la Terre », l’influence évidente que ce cinéma exercera sur tout le cinéma du bloc de l’Est, en Pologne ou en Tchécoslovaquie notamment. De façon générale, il jouera  une force motrice dans l’ensemble  du cinéma mondial et ce  jusqu’à la fin des années 60 en marquant  aussi  une partie du cinéma Américain,  soucieux lui aussi des influences Européenne.

Aussi  on peut d’autant se rendre compte aujourd’hui que ce cinéma représente un art perdu : un cinéma de l’épopée, un cinéma de la foule,  un cinéma où il ne s’agit pas seulement de manipuler des masses, mais de les ordonner dans un cadre. Un cinéma qui à l’ère du numérique, n’existe plus.

The sound of silence

Ce qui frappe peut-être le plus à la vision de la Nouvelle Babylone, c'est l'indéfectible confiance que les réalisateurs du muet vouaient au cinématographe. S'emparant du mythe tragique de la Commune de Paris, Kozintsev (coté visuel) et Trauberg (côté scénaristique) construisent ...

Lire la suite
7
Senscritchaiev

Paris taillé en pièces, Versailles en robe de chambre...

Improbable projection à la mairie du onzième arrondissement de Paris, une salle des fêtes un peu miteuse, un projo tout simple, le DVD de chez Bach Film et un siège en bois histoire de compatir aux souffrances des malheureux et héroïques communards (les gentils) et de maudire ...

Lire la suite
7
Torpenn

Peine, "Capital" !

Le souffle de la révolution plane sur cet étonnant film de 1929 : pas la révolution passée, celle qui a renversé le pouvoir tsariste en 1917, mais celle à venir, puisque le film, par un habile coup de rétroviseur, décrit l'épisode de la Commune de 1871 comme le prologue ...

Lire la suite
10
Artobal
A voir également
Affiche du film VALMONT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IVAN LE TERRIBLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film 10 000

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MARIE ANTOINETTE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés