LA NUIT EST MON ROYAUME

À partir de 2.99 €
Parce que son rôle de cheminot aveugle valut à Gabin le prix d'interprétation au festival de Venise
Drame - 1951 - France - 104 MIN - VF - HD - Tous publics
Blessé dans un accident, un cheminot perd la vue. Persuadé qu'il peut être soigné, il refuse d'entrer dans une institutions pour aveugle. Sa famille l'y fait entrer par ruse et il y tombe amoureux d'une institutrice, aveugle de naissance. Mais elle est fiancée à l'économe du centre.

Réalisé par

6.7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

Attention : nous ouvrons avec « La nuit est mon royaume » un pan du patrimoine cinématographique français. Ce film de 1951, signé Georges Lacombe, offre à Jean Gabin un de ces rôles profonds et intenses qui ont forgé sa légende de superstar.

 

L’histoire aborde le thème de la cécité et de la reconstruction des êtres. Un cheminot, rendu aveugle par un accident technique de locomotive, décide d’intégrer un centre de rééducation. Il y trouvera la force de tenter de guérir en rencontrant une institutrice, privée de la vue à la naissance. Une romance particulière compliquée par les aléas de la vie, les périodes de découragement et la jalousie…

 

Un noir et blanc sublime, de beaux décors, des dialogues percutants signés Charles Spaak et un casting éblouissant qui rassemble, outre Gabin, Simone Valère, (immense vedette féminine de l’époque) ou encore Gérard Oury, (futur réalisateur de « La Grande  vadrouille » et de tant de comédies à succès), font de ce film un véritable classique de l’après-guerre.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Jean Gabin

Une autre histoire de cécité tragique, et un grand mélodrame hollywoodien, où les couleurs sont aussi vives que les sentiments.

Georges Lacombe

Un drame du handicap, adapté d'une histoire vraie, celle d'un homme paralysé qui demande à mourir. Un film poétique, malgré la dureté de son sujet.

LA BÊTE HUMAINE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité