Bande Annonce de LA PIANISTEDécouvrez la bande Annonce de LA PIANISTE sur FilmoTVhttp://
Michael Haneke
Anna SigalevitchAnnie GirardotBenoît MagimelIsabelle HuppertSusanne LotharCornelia KöndgenDieter BernerGabriele SchuchterPhilipp HeissRudolf MelicharUdo SamelFlorian KobanLuz Leskowitz

LA PIANISTE

125 mn

Note de SensCritique :

6.9 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Michael Haneke.

Casting : Anna Sigalevitch, Annie Girardot, Benoît Magimel, Isabelle Huppert, Susanne Lothar, Cornelia Köndgen, Dieter Berner, Gabriele Schuchter, Philipp Heiss, Rudolf Melichar, Udo Samel, Florian Koban. Luz Leskowitz

Synopsis : A 40 ans, Erika Kohut, femme glaciale et dure, mène une triste existence entre ses cours de piano et l'appartement qu'elle partage toujours avec sa génitrice. La vie sexuelle d'Erika se résume à d'étranges rituels solitaires. C'est alors qu'elle fait la connaissance de Walter, jeune pianiste surdoué...

Scénario : Michael Haneke.
Musique : Frantz Schubert, J.s. Bach.
Pays : Autriche|France
Tags : Drame, Avec une relation mère / fille, Sadisme, Festival de Cannes, Addictions diverses.

Inclus danspassillimite
voir ce film

La pianiste est indéniablement un film éprouvant. Comment pourrait-il en être autrement lorsqu’il parle d’une relation sadomasochiste entre une professeur de piano et un de ses élèves de plus en plus troublé. D’autant plus quand c’est Michael Haneke, réalisateur maître dans l’art du malaise, qui le réalise.

La pianiste obéira cependant à d’autres règles que les siennes, en étant le premier film qu’il fait à partir d’un roman, alors que jusque-là, il partait de scénarios originaux ou en respectant quasiment le texte d’Elfriede Jelinek. Sans doute parce ses travaux précédents comme les livres de la romancière, autrichienne comme lui, dissimulent sous des histoires rudes, le même regard sombre sur le monde.

Il n’est pas impossible non plus de penser, qu’avec ce roman plongeant encore plus loin dans la psychologie et les névroses qu’usuellement les films d’Haneke, le cinéaste aie trouvé son maître avec cette histoire, et s’y soit soumis avec un certain plaisir, aussi ambigu que le rapport amour-haine de soi propre à son héroïne.

Le scénario de La pianiste est resté longtemps dans les placards d’Haneke, il aura fallu quasiment douze ans avant qu’il le ne porte à l’écran. Une des raisons aura été de convaincre ses producteurs qu’Isabelle Huppert était la seule actrice à ses yeux capable de jouer Erica Kohut, jusqu’à en avoir fait une condition sine qua non. L’autre aura été de recontextualiser au gré des années le film quand le livre s’attachait précisément à l’Autriche lors de l’arrivée au pouvoir du leader d’extrême-droite Jorg Haider, pour se faire la critique acerbe de la petite-bourgeoisie autrichienne de l’époque.

Haneke voulant occulter cet aspect, au point de filmer une Vienne ou tout le monde parle français, aura eu de nombreuses discussions avec Jelinek avant qu’ils accordent leurs violons. Une des surprises de La pianiste étant justement la présence de musique, le réalisateur ayant jusque-là tout fait pour l’éviter dans ses films, estimant qu’elle surchargeait leur propos. Paradoxalement grand amateur de musique classique, notamment de Schubert, il en a truffé La pianiste.

Huppert, elle aura rencontré Jelinek bien avant Haneke, la romancière ayant travaillé sur le scénario de Malina, qu’elle tourna pour Werner Schroeter en 1990. Elle ne la revit pas sur le tournage d’Haneke, Jelinek ayant du faire face au décès de sa mère au même moment. Une coïncidence cruelle quand La pianiste, revient sur une part autobiographique du roman, cette relation douloureuse entre Erica et sa génitrice. Son rôle avait été dans un premier temps confié à Jeanne Moreau qui quitta le projet à quelques semaines du premier clap, remplacée par Annie Girardot. L’actrice découvrit les méthodes d’Haneke, parfois capable de demander de très nombreuses prises d’une même scène. Huppert rappellera lors d’une rétrospective lui étant consacré en 2016, qu’elle aura dû refaire près de cinquante fois celle où elle se poignarde mais ne regrettera jamais pour autant cette expérience qui lui valut un nouveau prix d’interprétation féminine à Cannes.

Une perverse mélodie

Erika, femme proche de la quarantaine, est l’archétype de la vieille fille bourgeoise qui s’effondre jours après jours. Professeur de piano, endimanchée de manière sobrement terne avec un long imperméable blanc et une coiffure tirée à quatre épingles, elle habite dans ...

Lire la suite
9
Velvetman

La méchanceté c'est empêcher quelqu'un d'effectuer sa puissance...

... disait Deleuze. La pianiste organise cette orgie impuissante de méchanceté et de perversité, derniers tristes pouvoirs de deux faux complices qui avaient cru pouvoir s'approcher sur les chemins de la musique et d'une relation autoritaire. La force de Haneke c'est de ne jamais ...

Lire la suite
8
J8liette

Je trouve injuste de réduire La Pianiste à la simple mise en scène de maladies mentales et de perversions inavouables. La réalité décrite par M. Haneke me semble plus complexe et plus générale ; il me semble s'agir de la profonde incompatibilité entre désirs et réalité, ...

Lire la suite
7
Anonymus
 
le contexte
A voir également
Affiche du film MON PIRE CAUCHEMAR

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MODUS ANOMALI
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film DES DIAMANTS POUR L ENFER
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film CONTRÔLE PARENTAL

à partir de

4.99
 
Affiche du film COME AS YOU ARE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ASTÉRIX : LE DOMAINE DES DIEUX

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film OUTFALL

à partir de

3.99
 
Affiche du film RAMPAGE - HORS DE CONTRÔLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film NEW YORK 1997 (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés