Bande Annonce de LA POLICE FÉDÉRALE ENQUÊTEDécouvrez la bande Annonce de LA POLICE FÉDÉRALE ENQUÊTE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2955/fond/2955_w_500.jpg
Mervyn Leroy
James StewartMurray HamiltonVera MilesBuzz MartinDiane JergensFay RoopeJ. Edgar HooverJoyce TaylorLarry PennellNick AdamsPaul GengeVictor MillanKimberly BeckRoy ThinnesStacy Keach

LA POLICE FÉDÉRALE ENQUÊTE

134 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Mervyn Leroy.

Casting : James Stewart, Murray Hamilton, Vera Miles, Buzz Martin, Diane Jergens, Fay Roope, J. Edgar Hoover, Joyce Taylor, Larry Pennell, Nick Adams, Paul Genge, Victor Millan, Kimberly Beck, Roy Thinnes. Stacy Keach

Synopsis : D’abord, simple policier, John Hardesty, dit Chip, est devenu l’un des grands patrons du FBI, la police fédérale américaine. Entre sa famille et son travail, on le suit dans sa lutte contre le Ku Klux Klan et les grandes figures du banditisme américain des années 1920 à 1950 – Pretty Boy Floyd, Baby Face Nelson, John Dillinger, Ma Barker –, avant de s’attaquer aux espions nazis de la Seconde Guerre mondiale et aux agents communistes de la Guerre froide.

Scénario : John Twist, Richard L. Breen.
Musique : Max Steiner.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Policier / Suspense, Politique / Histoire.

à partir de

7.99
voir ce film

A l’époque de la Police fédérale enquête, Mervyn LeRoy a 59 ans et a déjà tourné 70 longs métrages en trente ans de carrière. Cinéaste très prolixe, il fut aussi très éclectique, passant du Petit César, l’archétype du film de gangsters avec Edward G. Robinson, aux paillettes et aux plongeons d’Esther Williams dans la Première sirène et à Je suis un évadé, impitoyable plaidoyer contre l’inhumanité du bagne avec Paul Muni, à Quo Vadis, le péplum des péplums. Devenu producteur au milieu des années 1930, il nous offrit, qui plus est, l’inoubliable Judy Garland dans le Magicien d’Oz.
En 1959, Mervyn LeRoy est donc, à Hollywood, un cinéaste et un producteur important qui, après avoir tourné Retour avant la nuit, un drame psychologique avec Jean Simmons en épouse dépressive, va s’attaquer à la Police fédérale enquête, titre français de The FBI Story, un film policier à mi-chemin entre fiction et réalité, puisqu’il fut inspiré par le best-seller de Don Whitehead, journaliste américain deux fois récompensé par le Prix Pulitzer. La Warner, qui produisit le film, fut, cependant, traînée en justice par Mildred et Gordon Gordon, les auteurs d’un roman intitulé FBI Story qui mettait en scène un policier nommé John Ripley. Ayant pu prouver que les producteurs avaient eu connaissance de leur œuvre, ils empochèrent la coquette somme de 54.000 dollars – un peu plus de 40.000 €.
Toute la préparation et la fabrication du film fut surveillée de très près par le puissant et vétilleux J. Edgar Hoover, soi-même, le créateur du FBI, qu’il dirigea de 1924 à 1972, date de sa mort, c'est-à-dire durant 48 ans ! Un rien cabot, vous allez le découvrir, brièvement, à six minutes du début, derrière son beau bureau, dans l’exercice de ses imposantes fonctions. Ce n’est pas tout, vous allez, peut-être, repérer furtivement deux jeunes débutants que le petit écran ne tardera pas à rendre célèbres : Stacy Keach, le futur Mike Hammer de la série des années 1980 – ici dans le très court rôle de Mitraillette Kelly – et, parmi les invités d’un anniversaire, Roy Thinnes, le futur David Vincent des Envahisseurs, celui qui cherchait un raccourci que jamais il ne trouva...

Non seulement J. Edgar Hoover supervisa le film que vous venez de voir, scénario et tournage compris, faisant parfois retourner les scènes dans lesquelles il jugeait que le FBI n’était pas assez mis en valeur mais, il posta, aussi, à l’entrée du studio plusieurs de ses agents qui devaient soumettre artistes et techniciens à de pointilleux et répétés contrôles de sécurité. Il insista, également, auprès du réalisateur – par ailleurs l’un de ses meilleurs amis – pour que James Stewart, dont il appréciait le côté optimiste et positif, incarne ce personnage de flic courageux qui, à coup de flashbacks et de voix off, se transforme en hagiographe de la glorieuse maison qu’il avait créée.
C’est ainsi que, dix huit mois après Sueurs froides, d’Alfred Hitchcock, et trois mois après Autopsie d’un meurtre, d’Otto Preminger, James Stewart (50 ans) tournait, pour la seule fois de sa carrière, sous la direction de Marvyn LeRoy. Dans le rôle de sa courageuse épouse, vous avez reconnu une autre interprète hitchcockienne, à l’époque toujours sous contrat avec le maître du suspense, Vera Miles, déjà vue dans Un jeu risqué, du français Jacques Tourneur, dans Tarzan chez les Soukoulous, d’Harold D. Schuster avec, dans le rôle de Tarzan, Gordon Scott qui ne tardera pas à devenir son mari et, bien sûr, en fragile épouse d’Henry Fonda dans le Faux coupable d’Hitchcock, qu’elle retrouvera, en 1960, pour Psychose. Mari et femme dans la Police fédérale enquête, Vera Miles et James Stewart le seront, à nouveau, trois ans plus tard, dans l’Homme qui tua Liberty Valance, de John Ford. Fondé sur une série de flashbacks, le film que vous venez de voir montre des personnages à des âges différents, tout particulièrement les enfants de l’intrépide héros. C’est ainsi que la petite Jennie, à deux ans, est interprétée (si l’on peut dire !) par Kimberley Beck, deux ans, également ! Si ce nom ne vous dit rien, revoyez le Grand bleu de Luc Besson, c’est elle la colocataire de Rosanna Arquette.
Très puissant, très célèbre et très controversé – entre autres pour ses méthodes de travail et sa tumultueuse vie privée – J. Edgar Hoover inspira, logiquement, plusieurs scénaristes qui firent apparaître son personnage dans de nombreuses séries policières – on l’a même vu dans quatre épisodes de X-Files. De la même façon, on le retrouvera au cinéma dans Bananas de Woody Allen, Chaplin de Richard Attenborough et Nixon d’Oliver Stone, sans oublier les films dont il est, carrément, le héros. Ainsi fut-il incarné en 1977 par Broderick Crawford dans The Private Files of J. Edgar Hoover, de Larry Cohen ; en 2000 par Ernest Borgnine dans Hoover, de Rick Pamplin et, en 2011 par Leonardo DiCaprio dans J. Edgar, de Clint Eastwood.

le contexte
A voir également
Affiche du film LE LAURÉAT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA PRISONNIERE DU DESERT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DRIVE

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film MENSONGES D ETAT

à partir de

7.99
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés