LA POSSIBILITÉ D'UNE ILE

2008
85 mn
Ce film n’est plus disponible

2008
85 mn
Parce que comme Malraux et Malaparte, Michel Houellebecq n'a réalisé qu'un seul film.

Fils du gourou d’une secte annonçant la prochaine immortalité des êtres humains, Daniel 1 fait des mots croisés, indifférent au monde qui l’entoure. En attendant que sa vie prenne un sens, il accepte de reprendre le flambeau paternel et tente, lui-même, l’expérience. Bien des années plus tard, on retrouve Daniel 25, vingt-quatrième descendant (par reproduction artificielle) ...

Ce film n’est plus disponible
Drame
France
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Produit par les frères Altmayer – Eric et Nicolas, déjà à l’origine de Jet Set, Brice de Nice ou Ma vie en l’air – et sorti en septembre 2008, la Possibilité d’une île est le premier long métrage de Michel Houellebecq, l’adaptation du roman homonyme qu’il avait fait paraître trois ans plus tôt.

Vous allez y découvrir Benoît Magimel, après la Fille coupée en deux de Claude Chabrol, dans le rôle de Daniel 1, fils d’un gourou annonçant la prochaine immortalité des êtres humains. Indifférent au monde qui l’entoure, le jeune homme accepte de tenter l’expérience. Bien des années plus tard, on fait la connaissance de Daniel 25, vingt-quatrième descendant (par reproduction artificielle) de Daniel 1, survivant mutique d’un monde dévasté par des guerres nucléaires, des épidémies et autres catastrophes climatiques.

Pour les spectateurs qui auraient lu son livre avant de voir son film, Michel Houellebecq parla d’une adaptation très fidèle, mais aussi d’une « grosse bifurcation » due à la présence de Patrick Bauchau dans le rôle du papa-gourou. « On prend un acteur ou on ne le prend pas, expliqua-t-il, mais une fois qu’on l’a pris, il y a des conséquences… ça réoriente le personnage ». Vous voilà prévenus. Voici donc la Possibilité d’une île – version cinéma –, un film « poétique » au « climat très bizarre », dira son auteur.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver ZARDOZ (1973) (En 2293, pour certains, la mort est vaincue. La petite communauté des ʺEternelsʺ porte bien son nom. Pas pour longtemps, peut-être...) ou encore DR. M (1989) (Comme la secte imaginée par Houellebecq, une secte allemande invite ses membres dans des Clubs de vacances, mais pour les pousser au suicide.).