LA RéVOLTE DES ENFANTS

1992
100 mn
Ce film n’est plus disponible

1992
100 mn
L'injustice des bagnes pour enfants dans la France républicaine du XIXe siècle. Une fable sociale portée par de futures têtes d'affiche du cinéma français encore enfants.
Une jeune journaliste aristocrate parisienne se rend sur une île bretonne pour enquêter sur le fonctionnement d’un centre de rééducation de jeunes délinquants. Le directeur du centre tente d’appliquer des méthodes familiales pour éduquer ses « enfants ». Mais l’injustice qui a prévalu aux condamnations de ces derniers les pousse à se révolter, à l’occasion de l...
Ce film n’est plus disponible
Drame
France
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les + de filmo

Voici une curiosité. Tout d’abord : il s’agit de l’unique film réalisé pour le cinéma par Gérard Poitou-Weber dont on se souviendra surtout pour une mini-série ambitieuse, tournée au milieu des années 80, et consacrée à Colette (campée par une excellente Macha Méril, entourée de “gueules” attachantes comme Henri Virlojeux, Jean-Pierre Bisson ou Henri Garcin).

En ce qui concerne cette Révolte des enfants, on savourera le plaisir d’assister aux premiers pas face à la caméra de plusieurs acteurs singuliers aux parcours atypiques. C’est le cas de Jonathan Zaccaï, alias Grande gueule, qui devra attendre huit ans avant d’être véritablement découvert dans Petite chérie, avant Bord de mer, Les Revenants, De battre mon cœur s’est arrêté ou Elève libre. C’est aussi le cas de Quentin Ogier, le Mondain, ou Loïc Even, le Penseur.

Et puis, bien sûr, c’est encore plus spectaculaire pour les frères Stévenin. Sagamore, l’aîné (alias Tête vide) que l’on avait tout juste aperçu, l’année précédente, dans La Totale ! et qui explosera grâce aux scènes sulfureuses de Romance de Catherine Breillat. Et Robinson, ici âgé de 9 ans et formidable Rase-Motte, bien avant Mauvaises fréquentations, Mauvais genres, La Petite Lili ou L’Armée du crime. Partons avec eux en Bretagne en1847...

 
Dans le même genre vous pouvez trouver CARANDIRU (HECTOR BABENCO, 2003) ou encore OLIVER TWIST (DAVID LEAN, 1947) .