Bande Annonce de LA RIZIÈREDécouvrez la bande Annonce de LA RIZIÈRE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/11552/fond/11552_w_500.jpg
Zhu Xiaoling
Wu ShenmingYang Yingqiu

LA RIZIÈRE

80 mn

Note de SensCritique :

6.6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Zhu Xiaoling.

Casting : Wu Shenming. Yang Yingqiu

Synopsis : De nos jours, au pays des Dongs (Sud de la Chine). Les parents d’A Qiu, une fillette de 12 ans, sont partis travailler sur des chantiers dans la grande ville voisine, afin de gagner de quoi faire vivre leur famille. Ce sont les grands-parents qui élèvent les enfants et qui cultivent inlassablement le riz. Mais un jour, la mort de la grand-mère va obliger le père et la mère d’A Qiu à rentrer au village...

Scénario : Simon Pradinas, Xiaoling Zhu.
Musique : Bruno Coulais.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

C’est en 2010, après plusieurs courts métrages documentaires et un film d’avant-garde tourné en vidéo, que la réalisatrice d’origine chinoise, aujourd’hui naturalisée française, Xiaoling Zhu tourna La Rizière, son premier long métrage. Comme elle, l’héroïne de ce film est née au sud de la Chine, au sein d’une famille appartenant au peuple Dong, l’une des 56 minorités composant l’Empire du Milieu, comme les Mongols ou les Tibétains.

Dans la famille d’A Qiu, la fillette d’une douzaine d’années dont le regard et le sourire illuminent ce film, les parents sont partis à la ville gagner leurs vies sur des chantiers. Ce sont les grands-parents qui élèvent les enfants et qui cultivent inlassablement le riz, notamment dans ces rizières en terrasses – les plus anciennes au monde ! Mais un jour, la mort de la grand-mère va obliger le père et la mère d’A Qiu à rentrer au village.

Après avoir été sélectionné dans de nombreux festivals, dont ceux de Cannes, Berlin et Stockholm, La Rizière sortit, assez discrètement, dans deux salles parisiennes en avril 2012, discrétion qui n’empêcha pas la presse de parler d’« une œuvre indéniablement belle » (l’Humanité) et de souligner son « authenticité » (la Croix), voire son « étrangeté bienvenue » (les Cahiers du cinéma).

Bien que la réalisatrice Xiaoling Zhu ait situé son film au cœur d’un village Dong, très proche de celui qu’elle avait connu fillette, elle déclara avoir voulu faire « le portrait d’une famille universelle ». Elle ajouta que le contraste, très présent dans son film, entre tradition et modernité, est le même dans toutes les campagnes chinoises : les parents partent à la ville et ce sont les grands-parents qui s’occupent des enfants et des travaux des champs. La différence, c’est que la culture du peuple Dong, qui possède sa propre langue, est une culture orale, totalement sans écrit. A l’école, c’est le mandarin – la langue officielle chinoise – qui est appris aux enfants.

Si La Rizière n’est pas, à proprement parler, un film autobiographique, Xiaoling Zhu avoue cependant que son héroïne est une « interprétation de son enfance », une enfance passée à la campagne, au milieu de paysans cultivant le riz. Elevée jusqu’à l’âge de dix ans par une vieille tante, qui ressemblait beaucoup à la grand-mère du film, elle se souvient avoir, comme son héroïne, passé des heures à écrire un journal intime. Puis, c’est vers le cinéma qu’elle s’orienta, intégrant, très jeune, un studio d’état, puis l’Ecole du cinéma de Pékin. Installée en France depuis 1990, elle y rencontra Simon Pradinas, scénariste, monteur et réalisateur, ainsi que Jean de Trégomain, producteur exécutif sur une quinzaine de films, pour la plupart restés célèbres : du Danton d’Andrzej Wajda à Indochine de Régis Wargnier. Ensemble, en 2011, ils fondèrent « Orient Studio Production » afin de produire La Rizière.

Tous les remarquables comédiens du film sont, en fait, des villageois minutieusement choisis par la cinéaste, notamment, bien sûr, Yang Yinqiu, l’actrice principale, dont la jeune existence semble se confondre avec celle de son personnage. En effet, son père, lui aussi, quitta le village pour la grande ville afin de gagner l’argent nécessaire aux futures études de ses enfants. « Alors, si je n’ai pas de bonnes notes, expliquera la jeune fille, je risque de me faire gronder. » Voilà pourquoi elle ne profita pas pleinement de cette parenthèse cinématographique, attendant impatiemment la fin du tournage pour, enfin, rependre les cours ! Ce n’est qu’après qu’elle comprit la chance qui avait été la sienne. Grâce au film, elle prit l’avion pour la première fois, direction : Pékin et le festival d’Hefei (les Oscars chinois). Jamais, non plus, elle n’était montée dans une voiture et, lorsque l’ascenseur de l’hôtel fit son office, elle poussa un cri de terreur ! Enfin, pour la première fois de sa vie, elle entra dans une salle de cinéma... pour se voir, qui plus est ! « Je n’étais pas très satisfaite de moi, déclara-t-elle. Je crois que je pourrais mieux jouer la prochaine fois ! »

La poésie d'une Chine qui disparait

"La rizière" est un très joli film autour d'une famille d'une population ethnolinguistique minoritaire de Chine du Sud, partagée entre une vie rurale rustique mais chaleureuse, et la tentation de la ville ou de la modernité. Les plans sont filmés avec beaucoup de poésie et ...

Lire la suite
7
LaureB
 
le contexte
A voir également
Affiche du film The Grandmaster

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Tai Chi Hero

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Le monastère de Shaolin

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Perhaps Love

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film THE CIRCLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MISSION PAYS BASQUE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film BLEEDER

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film HANGMAN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MOI, MOCHE ET MÉCHANT 3

à partir de

4.99
 
Affiche du film LA LA LAND

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés