LA STRATéGIE DU CHOC

À partir de 9.99 €
Parce que Naomi Klein a quand même été consultée sur l'adaptation de son livre
Documentaire - 2010 - Grande-Bretagne - 80 MIN - VO - Tous publics

Dans ce documentaire Michal Winterbottom et Mat Whitecross invitent le spectateur à se pencher sur une thèse selon laquelle la population est prête à suivre des dirigeants qui prétendent la protéger dès qu’elle a subi un traumatisme. Catastrophes naturelles, coup d’Etat ou actes terroristes transformeraient les humains en enfançons désireux d’être dirigés et prêts à accepter n’importe quelle mesure douloureuse. S’appuyant sur un ouvrage de Naomi Klein, les réalisateurs réfutent cette idée au cri de : « S’informer, c’est résister ! »…

7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Caroline Vié
Caroline Vié
CHRONIQUEUR

Dans ce documentaire Michael Winterbottom et Mat Whitecross invitent le spectateur à se pencher sur une thèse selon laquelle la population est prête à suivre des dirigeants qui prétendent la protéger dès qu’elle a subi un traumatisme. Catastrophes naturelles, coup d’état ou actes terroristes transformeraient les humains en enfançons désireux d’être dirigés et prêts à accepter n’importe quelle mesure douloureuse. S’appuyant sur un ouvrage de Noami Klein, les réalisateurs réfutent cette idée au cri de : "S’informer, c’est résister !"…

En 2006, Michael Winterbottom et Mat Whitecross ont dirigé ensemble The Road to Guantanamo. Ils s’inspirent ici d’un livre la journaliste Naomi Klein, La stratégie du choc, ou le capitalisme du désastre, qui  a obtenu le prix Warwick en 2009. Cette journaliste canadienne a écrit dans des publications comme The Guardian, The Nation et Harper’s Magazine. Elle est issue d’une famille d’activistes : son grand-père a organisé la première grève aux studios Disney et ses parents ont quitté les Etats-Unis en réaction contre la guerre du Vietnam. On lui doit le best-seller No Logo paru en 2000 et traduit dans 28 langues où elle s’en prenait aux multinationales. Quatre ans plus tard, elle a coréalisé The Take, documentaire sur une entreprise autogérée avec son mari Arvi Lewis. Publié en 2007, La stratégie du choc lui a demandé quatre ans de travail en compagnie de sept collaborateurs. A l’origine, Naomi Klein avait pensé baptiser son ouvrage Blank is beautiful (Le vide est merveilleux) pour signifier qu’un désastre crée un retour à un état vierge pouvant favoriser la construction d’une nouvelle société.

La journaliste démontre dans son livre que certains décideurs s’appuient sur des catastrophes humaines ou naturelles pour imposer à une population traumatisée des réformes ultralibérales et présentées comme indispensables pour son bien-être. Elle s’insurge violemment contre ce processus conseillé par Milton Friedman, prix Nobel d’économie en 1976.  

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Pour plonger dans le monde sans pitié de la finance à travers une fiction.

Michael Winterbottom

Parce que ce documentaire brillant analyse la crise en profondeur.

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité