Bande Annonce de LA SYMPHONIE FANTASTIQUE (VERSION RESTAURÉE)Découvrez la bande Annonce de LA SYMPHONIE FANTASTIQUE (VERSION RESTAURÉE) sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/7921/fond/7921_w_500.jpg
Christian-Jaque
Bernard BlierJean-Louis BarraultJules BerryLise DelamareRenée Saint-CyrGeorges GossetGilbert GilJulien BertheauRené FluetRoland ArmontelCatherine FonteneyGeorges MauloyMaurice Schutz

LA SYMPHONIE FANTASTIQUE (VERSION RESTAURÉE)

90 mn

Note de SensCritique :

6.5 / 10

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
voir ce film

« La musique c’est toute ma vie », cette déclaration passionnée lancée par le jeune Hector Berlioz  en plein amphithéâtre d’une fac de médecine donne le la de cette SYMPHONIE FANTASTIQUE dès la première séquence. Le réalisateur Christian-Jaque, qui n’avait pas encore réalisé BOULE DE SUIF ni FANFAN LA TULIPE, met ici en scène une biographie romancée du compositeur auquel Jean-Louis Barrault prête ses traits.

Vie de bohème, amours tourmentées, incompréhension de sa famille et de ses éditeurs… cette évocation dresse un portrait de l’artiste en créateur maudit qui va consacrer son existence à son art.

Tourné en 1941, LA SYMPHONIE FANTASTIQUE compte parmi les réalisations qui ont marqué les esprits pendant cette période de l’Occupation. Une scène, restée fameuse, réunit la crème des   jeunes auteurs des années  1820 dont Victor Hugo, Alexandre Dumas, Prosper Mérimée et ces rebelles prêts à renverser l’ordre établi n’hésitent pas à proclamer : « La France c’est tout ce qui éclaire, tout ce qui rayonne… ». Un discours patriotique enflammé inattendu pour une production de la Continental, une firme dirigée par des Allemands ! Le film a malgré tout était interdit à l’exportation par les autorités occupantes.

LA SYMPHONIE FANTASTIQUE  fait partie des 30 films produits par la Continental sur les 220 titres tournés en France sous l’Occupation. Cette société française à capitaux allemands était dirigée par un certain Alfred Greven, un personnage assez mystérieux. Ce cinéphile entendait produire des oeuvres de qualité et le film de Christian-jaque lui a valu de se faire copieusement remonter les bretelles par Goebbels. Face à ce qu’il considérait comme « un hymne patriotique de grande classe », le ministre de la propagande du III eme Reich, furieux, convoqua Greven à Berlin pour lui dire qu’il ne pouvait tolérer que la Continental cultive le nationalisme français et lui rappela qu’il devait se contenter de ne « produire pour les Français que des films légers, superficiels, divertissants mais nuls ».

Si le Berlioz dépeint dans LA SYMPHONIE FANTASTIQUE connaît la misère,  le film de Christian-Jaque n’a rien de fauché. C’est même une superproduction : 1022 musiciens ont été mobilisés pour la reconstitution du concert au Palais de l'Industrie et 400 choristes pour le Requiem. Et pour traduire visuellement les oeuvres de Berlioz, le réalisateur montre d’ailleurs qu’il sait déployer les ressources du langage cinématographique par la dynamique des recadrages et le rythme du montage.

Si Jean-Louis Barrault « était » Hector Berlioz et s’était investi corps et âme dans le personnage, il n’en restait pas moins un comédien à la personnalité à fleur de peau. Renée Saint-Cyr, qui incarne Marie Martin, se souvient qu’un jour alors qu’une scène chargée d’émotion avait été interrompue plusieurs fois pour des problèmes techniques, de rage, Barrault s’est carrément mis à détruire un décor à coup de pied. De son côté, Bernard Blier, l’ami Antoine Charbonel à l’écran, garde un bon souvenir de son rôle mais il a été mis à rude épreuve à deux reprises. Pour la scène où, essoufflé, il se trouve sur le marchepied d'une calèche,  Christian-Jaque lui a fait faire six fois le tour du plateau en courant. Au bout de cinq prises, l’acteur était à ramasser à la petite cuiller. Enfin, pour paraître vieilli à la fin du film, après des heures de maquillage, Blier avait interdiction de se moucher et comme il souffrait d’un rhume carabiné, il passait la journée le nez en l'air!

Nous sommes en pleine occupation allemande quand Christian-Jaque sort ce film, en France. Il choisit alors une grande figure nationale : le compositeur Berlioz, qui n'est toutefois pas le seul héros français à l'écran : on remarque aussi, entre autres, Hugo et Dumas dans une ...

Lire la suite
10
SAzu
le contexte
A voir également
Affiche du film LE JOUR SE LÈVE (VERSION RESTAURÉE)

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film ARLETTE ET SES PAPAS
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film L ENFER DES ANGES
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film INVASION LOS ANGELES
Inclus danspassillimite
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film OUIJA : LES ORIGINES

à partir de

4.99
 
Affiche du film IRIS

à partir de

4.99
 
Affiche du film LES TETES DE L EMPLOI

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film MADEMOISELLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film REVENGER

à partir de

6.99
 
Affiche du film ABOUT RAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés