LA TOILE D'ARAIGNéE

Bientôt disponible
Parce que cette deuxième enquête du privé Harper (Paul Newman en personne) se révéla aussi la dernière.
Policier / Suspense - 1975 - Etats-Unis - 109 MIN - interdit aux moins de 12 ans
Le très flegmatique détective Harper arrive du côté de la Nouvelle Orleans, en Louisiane, pour y démêler une affaire de chantage qui s’annonce extrêmement tordue. A commencer par le fait que la femme mariée qui l’appelle à la rescousse est une ancienne maîtresse. Comme il se doit dans ce genre d’enquêtes noires, tous les protagonistes essaient de le convaincre de regagner au plus vite sa Californie natale. Tous? Pas exactement: la très jeune fille de la maison le convaincrait bien de rester...

Réalisé par

6.6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jean-Yves Katelan
Jean-Yves Katelan
CHRONIQUEUR
Nous sommes là en plein dans les années 70, en 75 exactement, dans cette époque révolue où les détectives privés n’ont encore ni téléphone portable, ni internet, à leur disposition pour mener leur enquête. Oui, c’était la grande époque des cabines téléphoniques. Tout ce qu’ils avaient pour eux, c’était leur flair, leur résistance aux chocs (en particulier aux coups de poing dans la figure) et leur bagnole, avec laquelle ils rendaient inlassablement visite à des protagonistes tous plus suspects les uns que les autres.  Le tout sur une petite mélodie signée Michael Small qui figure en bonne place au panthéon des ritournelles entêtantes.
Si ce héros en couleurs, Harper, rappelle autant les ambiances noires (et blanc) d’un Philip Marlowe, c’est qu’il vient de l’univers de Ross Macdonald, auteur fameux de polars et créateur d’un personnage qui s’appelait alors Lew Archer, et qui devint Lew Harper quand il prit les traits de Paul Newman. La première fois, c’était presque dix ans plus tôt en 66, mais ça, on en reparlera après.
Avant, il faut encore annoncer Melanie Griffith, ici débutante en jeune lolipute, et qu’on retrouvera avec plaisir dans les années 80 en Working Girl, Dangereuse sous tous rapports, ou encore dans le Body Double de DePalma.
Tout comme on retrouve le jeune Andy Robinson, ici maître-chauffeur, qui avait débuté sa carrière 4 ans plus tôt, en tueur en série, dans le Dirty Harry de Don Siegel, avec un Clint Eastwood qui n’hésitait pas à lui faire très mal au genou.
Quant à Tony Franciosa qui dirige ici d’une façon peu orthodoxe la police locale, il fut aussi la même année 75, Matt Helm, le détective héros de cette série qui ne connut malheureusement qu’une saison.
Tout ça a pas mal vieilli. Tout dépend bien sûr de ce qu’on vient chercher dans ces films d’un monde englouti.
Contexte

Stuart Rosenberg

HARPER

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité