Bande Annonce de LA TOUR INFERNALEDécouvrez la bande Annonce de LA TOUR INFERNALE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1807/fond/1807_w_500.jpg
John Guillermin
Faye DunawayPaul NewmanRichard ChamberlainSteve Mc QueenWilliam HoldenFred AstaireJennifer JonesO.j. SimpsonRobert VaughnSusan BlakelyRobert WagnerSheila AllenSusan Flannery

LA TOUR INFERNALE

158 mn

Note de SensCritique :

6.7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : John Guillermin, Irwin Allen.

Casting : Faye Dunaway, Paul Newman, Richard Chamberlain, Steve Mc Queen, William Holden, Fred Astaire, Jennifer Jones, O.j. Simpson, Robert Vaughn, Susan Blakely, Robert Wagner, Sheila Allen. Susan Flannery

Synopsis : C’est le jour J, celui de l’inauguration en grande pompe de la plus haute tour habitable que l’homme ait construite : 138 étages ! Le maire, le promoteur et tous les notables de San Francisco sont présents avec leurs épouses pour célébrer l’événement. Mais, à la suite d’un court-circuit, le feu se déclare soudain au quatre-vingt-unième étage et la panique gagne les invités. Une poignée d’hommes courageux menés par le capitaine des pompiers, Michael O'Hallorhan, et l’architecte, Douglas Roberts tentent de combattre les flammes et de sauver des vies. 

Scénario : Stirling Silliphant.
Musique : John H. Williams.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Aventure / Action, En équipe, Festival Lumière, Des catastrophes, Les enfermés, Quelle châleur !, Buddy movie.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

Nous sommes début 1973, L’Aventure du Poséidon - produit par Irwin Allen et la Twentieth Century Fox, et sorti pour les fêtes de Noël 72- est un tel succès populaire que toutes les maisons de production envisagent le leur. Le film catastrophe, genre en soi qui réunit action spectaculaire et casting de rêve, a de beaux jours devant lui !

La Warner achète les droits d’un livre de Richard Martin Stern, The Tower (La Tour), tandis que de son côté, la Fox acquiert ceux de l’ouvrage de Thomas N. Scotia et Frank Robinson, The Glass Inferno (L’Enfer de verre). Mais, comme nous sommes dans cette époque hollywoodienne où les studios ne se tirent pas encore la bourre en travaillant au même moment sur le même sujet (comme ce fut le cas, dans les années 1990, avec Armaggedon et Deep Impact ou Volcano et Le Pic de Dante), ils allient leurs forces (quatorze millions de dollars, tout de même !) pour ne produire qu’un seul film, tourné entre mai et septembre 1974, et qui réunit les deux histoires dans un scénario signé Stirling Silliphant.

Du coup, nous avons aussi deux héros pour le prix d’un : à ma gauche, yeux bleus, 49 ans, dont trente de carrière, Paul Newman alias Le Gaucher, L’Arnaqueur ou Luke la main froide ; à ma droite, yeux bleus, 44 ans, dont dix-huit de carrière, Steve McQueen, alias Le Kid de Cincinnati, Bullit ou encore Papillon.

Le premier incarne l’architecte de la tour, devenue infernale, le second joue le capitaine des pompiers, et leur réunion à l’écran, attendue depuis longtemps, donne l’impression d’une entente cordiale, qui existait dans la vie puisqu’ils étaient amis, mais qui, dit-on, n’était pas aussi limpide, puisqu’il fallut équilibrer les deux rôles à l’écran, quasiment au mot près. Autour d’eux, une pleïade de vedettes en vogue comme Faye Dunaway, William Holden ou Richard Chamberlain et, pour les plus "anciens", Fred Astaire et Jennifer Jones. A revoir La Tour infernale aujourd’hui, fiction émanant des frayeurs ressenties dans les années 1970 face aux gigantesques gratte-ciels qui s’élevaient un peu partout sur le sol américain et dont la sécurité était mise en question, on ne peut s’empêcher de penser aux Tours Jumelles du World Trade Center inaugurées à New York en 1973, qui échappèrent à un incendie et une alerte à la bombe mais furent  anéanties par des avions terroristes le 11 septembre 2001. 

«Plus jamais ça!» : c’est à peu près ce que se disent Steve McQueen et Paul Newman en sortant des flammes, ce dernier n’hésitant pas à parler à propos du gratte-ciel de «monument à la connerie humaine». Et de fait, suite à ce film, il semble que les normes de sécurité furent un peu plus respectées dans la construction des buildings américains. Car si La Tour infernale n’est pas le premier film catastrophe, c’est sans doute l’un des premiers à s’intéresser, non à un désastre d’origine naturelle, comme un naufrage ou une éruption volcanique, mais à un drame engendré par la folie humaine. Il est dit dans le film qu’au-delà du 7e étage, il est impossible de maîtriser un feu, or la tour de verre incriminée en compte cent trente huit ! En outre, la cause du court-circuit originel est l’appât du gain chez le promoteur et son gendre, qui a entraîné une réduction des coûts de fabrication et, par la même, une négligence quant aux règles de sécurité élémentaires.

La star du film c’est, bien sûr, la tour en feu, qui nécessita, pour sa mise en scène, une soixantaine de plateaux en studio et un réalisateur pour elle seule : Irvin Allen. Producteur de la Twentieth Century Fox et initiateur du projet, il dirigea toutes les scènes d’action, tandis que John Guillermin s’occupait des scènes de comédie. Dans ses mémoires, Faye Dunaway témoigne du fait d’avoir été bel et bien dirigée par Guillermin, en ajoutant qu’on sentait en permanence "le souffle chaud d’Irwin" sur la nuque de ce dernier. Malgré tout, les acteurs sont très bien servis par le film et bien que leurs personnages soient pour le moins monolithiques, la dizaine de rôles principaux parvient à exister sans être trop sacrifiés à la fumée et aux effets spéciaux. La Tour Infernale récolta trois Oscar pour la photographie, le montage, et la chanson "We may never look like this again". 

Piège de Cristal

La Tour Infernale sort à la fin de 1974, au milieu de la décennie prodigieuse consacrée aux films catastrophes, elle en marque à la fois l'apogée et l'annonce de sa fin inéluctable. Deux studios associés pour un projet gigantesque, deux idoles au sommet pour porter le projet, ...

Lire la suite
7
Torpenn

La guerre du feu

Parangon du film catastrophe, ce film en contient toutes les qualités et tous les défauts. Les défauts d'abord : trop de bla-bla inutiles ! On parle, on parle, on parle. Et le spectateur s'ennuie, s'ennuie, s'ennuie. Si au moins ces dialogues permettaient d'approfondir les personnages, ...

Lire la suite
7
SanFelice

Tout feu, tout flamme !

Sur 2h45, il n'y a pas un seul moment d'ennui, grâce à de beaux moments de tensions bien filmés et une pléthore d'acteurs cultes que l'on retrouve avec plaisir : Paul Newman, Steve McQueen, William Holden, Faye Dunaway, Fred Astaire, plus d'autres seconds rôles pas désagréables. Plusieurs ...

Lire la suite
7
Northevil
A voir également
Affiche du film LE VERDICT
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film BULLITT

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film POSEIDON

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés