LA TRAVERSÉE DE LA LOIRE

À partir de 2.99 €
Parce que les films français consacrés à la raclée de 1940 (100 000 morts quand même) sont peu nombreux
Drame - 2005 - Belgique|France - 96 MIN - VF - Tous publics
Juin 1940. C'est la débâcle française devant l'offensive allemande. Au nord de la Loire, les troupes françaises se replient. Des civils désemparés fuient vers le sud. Dans une ferme, Maria, une jeune domestique, est restée avec les bêtes. Un jeune étudiant d'origine polonaise, Eric, puis un couple bourgeois et leur chauffeur arrivent et logent provisoirement dans la ferme. D’autres réfugiés viennent à leur tour, des évadés de prison, quelques braves gens, un couple de petits vieux, une mère blessée et sa jeune enfant. Après beaucoup de méfiance et de disputes, après le décès de la mère, tous s’uniront pour construire un radeau afin de passer la Loire. Eric et Maria, amoureux, restent ensemble, au bord de la berge et regagnent la ferme sous les bombardements.

Réalisé par

6 / 10
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR

Jean Gourguet est l’un de ces artisans méconnus du cinéma français. Son œuvre modeste est diluée par trop de concessions commerciales. Le mélodrame et le cinéma polisson, qu’il a largement exploités dans les années 50, nous font presque oublier que l’auteur de Maternité Clandestine et autres Premiers outrages fut un cinéaste sensible, intéressé par l’approche sociale des sujets, et d’une simplicité souvent exemplaire.

Ces qualités sont réunies dans son ultime film, La traversée de la loire, réalisé en 1961. Gourguet s’inspire d’une période sombre qu’il a lui-même connue, mêlant à sa fiction quelques images d’archives militaires. L’action se déroule en juin 1940 et décrit la ruée vers le Sud de civils désemparés fuyant l’avancée allemande et se retrouvant bloqués au bord de la Loire. Dans le décor d’une ferme abandonnée, sa caméra laisse vivre avec légèreté des personnages très différents, sans jamais céder au manichéisme et à la complaisance. L’égoïsme, la survie, la générosité dans l’adversité sont décrits sans emphase.

Le cinéaste s’efface derrière les comédiens, qu’il dirige avec précision. Le cabotinage est banni au profit d’un naturel émouvant. Même s’il nous réserve un finale lyrique inattendu, c’est ce naturalisme attentionné qui est la marque la plus significative du cinéaste. On peut le déceler dès 1928, dans son premier film tourné sur le vif, en extérieurs, L’effet d'un rayon de soleil sur Paris par un beau dimanche. Nous vous proposons aussi ce court métrage en bonus, documentaire romancé inestimable sur Paris et ses environs, dont le modernisme l’a rapproché des tentatives similaires de Marcel Carné.

FILMOTV vous recommande

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

De René Clement, 1951. Autre film situé durant la période de l'exode.

Jean Gourguet

De Jean Dewever, 1960. Autre film prenant la Seconde Guerre mondiale comme décor d'une étude de moeurs et laissant toute la place à une distribution homogène, loin du star-system.

ALERTE AU BARRAGE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec la plateforme de téléchargement légal de films FilmoTV, voir vos films sur tous supports est simple comme bonjour ! FilmoTV, un système qui mise sur la polyvalence : PC classique, application Google Android, iPhone iOS et tablettes, service dédié au câble, télévisions sur Internet, choisissez votre support préféré ! Découvrez vos films d'heroic fantasy en abonnement VOD illimité ou de vos films de guerre à visionner en téléchargement légal. Pour cela allez sur nos pages mode d'emploi et comment s'abonner.