LANCELOT

Bientôt disponible
Politique / Histoire - 1995 - Etats-Unis d'Amérique - Tous publics
Lancelot n’est pas encore chevalier, mais il manie bien l’épée. Il en profite pour sauver la belle princesse Guinevere dont il tombe illico amoureux. Mais ils ne vont pas se marier et avoir beaucoup d’enfants car la belle est fiancée au roi Arthur. Du coup, pour patienter, Lancelot vient s’asseoir autour de la Table ronde pour aller casser la vilaine figure du prince Malagant.

Réalisé par

4.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jean-Yves Katelan
Jean-Yves Katelan
CHRONIQUEUR
La légende du roi Arthur, Sean Connery, un des scénaristes de Gladiator, Ben Cross, la frêle Julia Ormond... a priori, on fait le déplacement. Eh bien vous ne serez pas déçus du voyage! Car disons-le tout net, Lancelot, le Premier Chevalier, est un film ex-cep-tion-nel. Pas tellement pour les raisons qu’on vient d’évoquer, ni même parce qu’il serait particulièrement mauvais, mais parce qu’il y a là un spectacle inégalable. Et ce spectacle tient en 2 mots: Richard Gere. Ca tombe plutôt bien, c’est lui le héros du film.

Car ce personnage de Lancelot, c’est à peu près TOUT ce qu’il n’est pas: lui, un Anglais?, non madame, il garde son accent américain à couper à la tronçonneuse et qui fait quand même hausser le sourcil dans ces campagnes médiévales (vous me direz : en VF on s’en fout); alors lui, amoureux éconduit ? mais non, en tout cas pas après American Gigolo et Pretty Woman; alors personnage  moyenâgeux peut-être? mais pas du tout, il est toujours cool, l’air de sortir de sa loge, avec sa toge bien repassée. Qu’est-ce qui reste alors, acteur expressif? Non bien sûr.

En même temps, c’est précisément là que réside toute la saveur du film: qu’il traverse un combat, une scène d’amour ou un serment d’honneur, Richard donne toujours la même impression, celle de planquer un chewing gum au fond de sa bouche. Avec un je-m’en-foutisme d’autant plus fascinant qu’il est peut-être feint, et qui lui fait regarder hommes, femmes et chevaux avec exactement le même regard de merlan cru. Oui, Richard Gere est un bien acteur surnaturel. C’est-à-dire qu’il prend le naturel... et il s’asseoit dessus.
Contexte

Richard Gere

Jerry Zucker

LES MOISSONS DU CIEL

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité