LARRY FLYNT

Bientôt disponible
1997 - Etats-Unis - 128 MIN - Tous publics

Biographie de Larry Flynt, audacieux et irrévérencieux roi de la pornographie né en 1942 dans une modeste famille du Kentucky et prêt à tout pour gagner de l’argent. C’est ainsi qu’il deviendra le patron de plusieurs boîtes de strip-tease et d’un magazine – Hustler –, mêlant habilement sexe et provocation...

Réalisé par

6.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Sept années étaient passées entre l’échec de Valmont, une très libre adaptation des Liaisons dangereuses, et la sortie, en décembre 1996, de Larry Flynt, le dixième long métrage de Milos Forman. Comme il avait, douze ans auparavant, raconté la vie de Mozart dans Amadeus et comme il racontera, trois ans plus tard, celle de l’humoriste américain Andy Kaufman dans Man on the Moon, le cinéaste, d’origine tchèque – américain depuis 1975 –, s’intéresse à l’existence mouvementée et au destin hors norme, pour ne pas dire tragique, de cet américain du Kentucky, né Larry Claxton Flynt Jr, en 1942, qui, après plusieurs petits boulots et divers engagements au sein de l’armée américaine, se retrouva, au début des années 1970, patron de boîtes de strip-tease et d’un magazine, plein de sexe et de provocation, qui fit sa fortune et sa réputation. Le reste, Milos Forman va vous le raconter dans un instant, avec ce film coproduit par Oliver Stone qui, au rayon des biographies de célébrités – pas encore baptisées « biopics » –, commençait, lui aussi, à bien s’y connaître, avec les Doors, JFK ou encore Nixon, sorti un an plus tôt.

 

Pour incarner Larry Flynt, le cinéaste va faire appel à Woody Harrelson, qu’Oliver Stone venait de diriger dans Tueurs nés et qui, grâce à Milos Forman, obtiendra sa première nomination à l’Oscar du meilleur comédien. C’est son propre frère, Brett Harrelson, qui joue le rôle du frère de Larry, Jimmy Flynt.

 

Pour Althea, la femme de Larry, vous reconnaîtrez la sulfureuse chanteuse, danseuse et comédienne Courtney Love, la veuve, depuis deux ans, de Kurt Cobain, le chanteur de Nirvana. Ce rôle d’ex-stripteaseuse droguée et atteinte du sida lui vaudra une nomination aux Golden Globes.

 

Face à ce couple, haut en couleur, un (presque) débutant, Edward Norton qui, après son rôle de jeune assassin dans Peur Primale, est, ici, l’ami et l’avocat de Larry Flynt.

 

Enfin, dans le court rôle du juge Morrissey, vous allez découvrir le vrai visage de Larry Flynt à qui la Columbia, productrice du film, décida de ne pas envoyer d’invitation pour la soirée des Oscars, soirée durant laquelle Woody Harrelson aurait pu recevoir la précieuse statuette. Pour quelle raison vous demandez-vous ? Pour l’unique et simple raison que les dirigeants de la fameuse major craignaient que le pape du porno et du politiquement (très) incorrect n’y fasse scandale. Meurtri par ce qu’il considéra comme un acte de censure, Larry Flynt paya le pilote d’un avion de tourisme afin qu’il tourne toute la soirée au dessus du Shrine Civic Auditorium de Los Angeles, où se déroulaient les festivités, avec une banderole sur laquelle le nom de la Columbia était associé à un qualificatif que la décence m’empêche de rapporter ici !

 

Un mois plus tôt, Larry Flynt avait reçu l’Ours d’Or du 46e festival de Berlin.

Contexte

Woody Harrelson

Milos Forman

TUEURS NÉS (1994)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité