LE BAL DES VAMPIRES
À partir de 2.99 €
Parce que les taches de sang sur la neige ne sont jamais aussi poétiques que chez Polanski
Fantastique / Horreur - 1968 - Royaume-Uni|Etats-Unis d'Amérique - 103 MIN - VO - interdit aux moins de 12 ans

Le savant Abronsius et son disciple Alfred parcourent le monde pour dénicher et combattre les vampires. Arrivant dans un petit village de Transylvanie, certains signes les intriguent, par exemple la présence de quantités anormales d’ail. Lors de leur deuxième nuit, la fille de l’aubergiste qui les héberge est enlevée. L’enquête conduit Abronsius et Alfred dans le château du comte Von Krolock…qui disparaît à l’aube pour s’endormir dans un cercueil !

Réalisé par

7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Jean Ollé-Laprune

Jean Ollé-Laprune

CHRONIQUEUR

L’idée du Bal des vampires est née une première fois lors des séances de films d’horreur anglais de la Hammer film auxquelles le réalisateur Roman Polanski et son scénariste et complice Gérard Brach assistaient à Paris au milieu des années 60. "Le public hurlait de rire et nous procurait l’envie de faire une parodie du genre", écrira Polanski.

L’idée est née une deuxième fois quand Roman Polanski part se reposer du tournage de son troisième long métrage, Cul de sac, à Sankt Anton dans le Tyrol. En skiant, il découvre la vallée de l’Arlberg, les forêts de pins, les immensités sous la neige, les sommets majestueux. En gros le décor du Bal des Vampires qui précède ainsi dans son imaginaire l’intrigue proprement dite, et dont sur le moment, Polanski n’a pas la moindre idée. Précisons qu’entretemps celui ci - jeune réalisateur à peine trentenaire - a vu sa notoriété croitre grâce au succès de deux films tournés en Angleterre, Répulsion avec Catherine Deneuve, et Cul de Sac avec la sœur de la précédente Françoise Dorléac. Londres traverse alors une période de créativité artistique intense. Tous les producteurs américains indépendants viennent y faire leur marché et embauchent sans compter les jeunes réalisateurs européens porteurs d’avenir.

Parmi ces producteurs, Martin Ransohoff a particulièrement aimé Cul de Sac qu’il a acheté en distribution pour les Etats-Unis. Quand Polanski lui propose le projet du Bal des vampires, Ransohoff soutenu par la Metro Goldwyn Mayer accepte ce qui va devenir pour Polanski tout à la fois son premier film en couleurs, son plus gros budget, mais aussi une des se plus grosses déceptions. Car Ransohoff qui entre autre exemple est celui qui a viré Sam Peckinpah du plateau du Kid de Cincinnati, est aussi quelqu’un qui n’hésite pas à tripatouiler les films… Et effectivement la version du Bal des vampires qui sortira au Etats-Unis ne ressemblera pas du tout à celle montrées en Europe, celle souhaitée par Polanski…

FILMOTV vous recommande

Même réal

Contexte

Roman Polanski

L'EXORCISTE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité