LE BAL

Bientôt disponible
Ettore Scola revisite l’histoire de France entre 1920 et 1980 à travers ses musiques et une salle de bal. L’exercice de style a trouvé son public et reçu trois césars.
Comédie - 1983 - Algérie | France - 115 MIN - Tous publics
Au gré des danses de salon dans une salle de bal populaire et des couples de danseurs se formant comme se défaisant, une évocation des grands évènements français sur une période de cinquante ans, de 1936 au début des années 89

Réalisé par

7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Alex Masson
Alex Masson
CHRONIQUEUR

C’est un début de soirée ordinaire dans une salle de bal. On remet les chaises, renversées sur les tables, au sol, on astique la boule à facettes en attendant les premiers clients. D’abord des femmes qui se referont une beauté en jetant un œil dans le miroir, puis les hommes, se posant de l’autre côté de la salle, au bar. Tous se rejoindront au centre de la pièce pour danser. Et raconter en une poignée de vignettes, cinquante ans de la vie française, des airs de guinguette du front populaire de 36 aux  derniers déhanchements du disco dans les années 80 en passant par l’émergence de la pop en 1968. Le tout sans une seule parole.

Le Bal est un film inattendu par son dispositif de mise en scène mais pas si surprenant dans la carrière d’Ettore Scola. Du moins pas de la part d’un cinéaste qui écrivit dans le scénario de Nous nous sommes tant aimés, son film le plus réputé, la réplique suivante : « Nous voulions changer le monde, mais le monde nous a changés ». En ce sens Le bal est bel est bien un film dans la tradition de ceux du réalisateur italien,au regard ample sur le monde, autant porté par des enthousiasmes que par des désillusions.

Scola faisant le lien avec ses grands films, d’Une journée particulière à La Terrasse, en rappelant avec Le Bal que malgré toutes les circonvolutions, rien ne change vraiment jamais.

Contexte

Ettore Scola

GARDE À VUE

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité