LE CAUCHEMAR DE DRACULA

À partir de 2.99 €
Fantastique / Horreur - 1959 - Royaume-Uni - 78 MIN - VF - Tous publics
Jonathan Harker se rend dans les Carpathes chez le comte Dracula qui l'a engagé comme bibliothécaire. Mordu par une femme-vampire, il devient vampire à son tour. Mais le Docteur Van Helsing, le fameux chasseur de vampires et ennemi juré de Dracula, veille.

Réalisé par

7 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Christophe Lemaire

Nous sommes à la fin des années 50… La Hammer, petite boite de production cinématographique anglaise,  se lance dans les remakes et la réactualisation  des grands mythes du cinéma d’épouvante , adapté vingt cinq ans auparavant  - et en noir et blanc -  par la firme américaine Universal. Frankenstein, le loup-garou, le Dr  Jekyll et la momie prennent ainsi des couleurs dans une série de films  ultra gothiques qui, à l’époque, choquèrent par leurs élans sanglants et leur érotisme trouble. Idem pour Dracula qui, en 1958, prend les traits du grand Christopher Lee dans le Cauchemar de Dracula, un des deux ou trois meilleurs films produits par la Hammer. Le réalisateur Terence Fisher et son scénariste Jimmy Sangster reprennent la trame principale du célèbre roman de Bram Stoker mais en se permettant au passage quelques libertés. Ainsi,  le chasseur de vampire Jonathan Harker  meurt au bout de quinze minutes alors qu’il reste vivant dans le livre.

Les tziganes, fidèles complices de Dracula, n’apparaissent jamais à l’écran contrairement au roman, et Dracula lui même voit ses pouvoirs amoindris  puisque, dans le film, il ne se transforme pas en loup  et n’a plus la capacité de grandir ou de rapetisser. Qu’importe puisque le Cauchemar de Dracula,  est au final d’une extrême beauté plastique. Tout ça grâce au talent d’une équipe technique hors pair, travaillant à l’année pour la Hammer. On reste ainsi fasciné par la magnifique photo en technicolor de Jack Asher, par les majestueux décors de Bernard Robinson, par les envolées  musicales du compositeur James Bernard et, bien sûr, par la confrontation désormais mythique entre le vampire Christopher Lee et son rival, le Dr Van Helsing, magnifiquement  personnifié par Peter Cushig. Deux comédiens à l’époque totalement inconnus et qui, après le succès mondial du Cauchemar de Dracula allaient devenir les deux plus grandes stars du cinéma fantastique anglais.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Terence Fisher

1941

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité