LE CLAN DES SICILIENS

Disponible dans le Pass Illimité
Parce que Jean Gabin y parle américain et italien
Policier / Suspense - 1969 - France|Italie - 116 MIN - VF - Tous publics
Le truand Roger Sartet s'évade de prison grâce à la complicité de sa sœur Monique et d'une famille mafieuse, les Manalese dirigée par la patriarche Vittorio. Malgré la traque menée par le commissaire Le Goff, Sartet reste introuvable. Le truand propose à ses nouveaux complices siciliens un projet de braquage : dérober une collection de bijoux exposée à Rome durant son transfert aérien vers New-York.

Réalisé par

7.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Delmas
Laurent Delmas
CHRONIQUEUR

C’est au cinéaste Henri Verneuil que l’on doit en 1969 la rencontre dans un même polar de trois monstres sacrés du cinéma français. Jean Gabin, Alain Delon et Lino Ventura forment l’affiche du Clan des Siciliens sur un scénario d’Henri Verneuil, José Giovanni et Pierre Pelegri d’après le roman homonyme d’Auguste Le Breton publié deux auparavant, le tout sur une musique d’Ennio Morricone.  C’est la seule et unique fois que ce trio d’acteurs exceptionnels sera d’ailleurs réuni au cinéma. L’affiche du film désormais célèbre en elle-même les représente chacun armé d’un gros calibre pointé vers le passant-spectateur.

L’histoire commence avec l’évasion du tueur Roger Sartet, alias Alain Delon, organisée par le Clan des Siciliens à la tête duquel se trouve Vittorio Manalese, alias Jean Gabin.  Sartet confie au clan l’idée qui lui est venue en prison : s’emparer de la collection de bijoux d’une exposition.  Pendant ce temps, le commissaire Le Goff continue de traquer le truand. L’un des morceaux de bravoure du film réside précisément dans l’organisation de ce casse qui se déroulera dans un lieu pour le moins inhabituel…

A l’origine du film et  de son scénario, on trouve un livre d’Auguste Le Breton auteur, entre autres, de Rififi chez les hommes adapté par Jules Dassin au cinéma. Le roman Le Clan des Siciliens paraît dans une série intitulée Brigade–anti-gangs. Le commissaire Le Goff y traque les truands et notamment Roger Sartet, dit Mouche de Mai, dit Le Petit gros du vendredi. Henri Verneuil en achète les droits d’adaptation, mais par contrat Le Breton s’est engagé à ne pas participer à son adaptation. Le cinéaste fait donc notamment appel à José Giovanni,  un autre romancier à succès, ancien condamné à mort et gracié, qui plonge dans ses souvenirs de truand pour écrire avec Pierre Pelegri,  l’adaptation du Clan des Siciliens et lui donner toute sa vraisemblance.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Jean Gabin

A sa manière, Gabin est ici un Don Corleone à la française mêlant délinquance violente et principes moraux et familiaux.

Henri Verneuil

Un vol de bijoux très audacieux est le point de départ de ces deux polars français aux castings résolument prestigieux.

LA GRANDE ILLUSION

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité