LE CONVOI

Bientôt disponible
Parce que le sujet du film provient vaguement de la chanson qui figure au générique de fin
Aventure / Action - 1978 - Royaume-Uni|Etats-Unis d'Amérique - 103 MIN - Tous publics

Martin Penwald, dit « Rubber Duck », est un chauffeur routier toujours en contact avec ses collègues grâce à la C.B. Après avoir été piégé et rançonné par Lyle Wallace, le shérif qui utilise sournoisement la fréquence radio des camionneurs, il fait halte dans un « routier » où il retrouve Melissa, une accorte photographe déjà rencontrée sur la route. Pour échapper à Wallace, Duck et ses amis doivent fuir. Avec Melissa à son bord et des centaines de camions derrière lui, Duck entame une spectaculaire course-poursuite, bien décidé à lutter contre la corruption des policiers et des politiciens.

Réalisé par

6.1 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

En juin 1978, lorsque le Convoi sort sur les écrans américains – deux mois avant la France –, Sam Peckinpah, son réalisateur, a 53 ans et sa filmographie compte une dizaine de titres, dont Major Dundee, la Horde sauvage ou les Chiens de paille. Il lui reste six ans à vivre et un seul film à tourner.

Toujours nostalgique du grand Ouest – son grand-père avait bien connu Calamity Jane ! –, il voulut faire de cette nouvelle grosse production un western moderne où les chevaux seraient remplacés par d’énormes camions roulant en caravane et à tombeau ouvert dans la poussière des déserts de l’Arizona et du Nouveau Mexique.

Pour incarner ces cowboys d’un nouveau genre, le cinéaste engage un trio d’acteurs qu’il a déjà dirigé : Kris Kristofferson dans Pat Garrett et Billy le Kid – c’était lui le Kid – et Apportez-moi la tête d'Alfredo Garcia, Ernest Borgnine dans la Horde sauvage et Ali MacGraw dans Guet-apens. Résultat : un western moderne, une comédie ironique, voire autoparodique, mais aussi, comme l’écrira Charlie Hebdo : « une comédie musicale du poids lourd » !

Contexte

Des hommes, des camions et un peu de nitroglycérine en plus...

Sam Peckinpah

Autre western où de gros camions remplacent les chevaux.

UNE ÉTOILE EST NÉE (1976)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité