Bande Annonce de LE CRABE TAMBOUR (VERSION RESTAURÉE)Découvrez la bande Annonce de LE CRABE TAMBOUR (VERSION RESTAURÉE) sur FilmoTVhttp://
Pierre Schoendoerffer
Aurore ClémentClaude RichJacques DufilhoJacques PerrinJean RochefortOdile VersoisBernard LajarrigeFrançois DyrekJean ChampionJoseph MomoPierre RousseauYves Morgan-JonesLoin NedelecMichel VocoretPeter Semler

LE CRABE TAMBOUR (VERSION RESTAURÉE)

116 mn

Note de SensCritique :

7.2 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Pierre Schoendoerffer.

Casting : Aurore Clément, Claude Rich, Jacques Dufilho, Jacques Perrin, Jean Rochefort, Odile Versois, Bernard Lajarrige, François Dyrek, Jean Champion, Joseph Momo, Pierre Rousseau, Yves Morgan-Jones, Loin Nedelec, Michel Vocoret. Peter Semler

Synopsis : Le commandant d'un navire militaire d'assistance aux bateaux de pêche entame sa dernière campagne. Mutilé, dévoré par un cancer qui ne lui laisse ni espoir ni répit, il sait qu'à son retour du Grand Nord, il ne lui restera plus qu'à mourir. Pierre, le capitaine médecin, soigne cet homme austère. L'un et l'autre ont connu le lieutenant Willsdorff, dit le crabe-tambour, un ancien militaire au parcours d'aventurier des mers, et ils évoquent diverses période de sa vie.

Scénario : Jean-François Chauvel, Pierre Schoendoerffer.
Musique : Philippe Sarde.
Pays : France
Tags : Drame, Aventure / Action, SensCritique - Best of films en mer, SensCritique - Best of Jean Rochefort, Bateau, Editions Originales, Mer et océan, Duo.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

« Dans le cinéma, rappelle le chef-opérateur Raoul Coutard, il y a un proverbe connu des producteurs  : Qui touche à la mer, touche à la merde ». Les changements incessants de couleurs et de textures de l’élément marin sont en effet une véritable plaie pour les raccords de plans. Et pourtant, fin janvier 1977, Pierre Schoendoerffer et son équipe de tournage s’embarquaient pour une traversée de l’Atlantique de sept semaines…

Un an plus tard, à la troisième cérémonie des César, Le Crabe-tambour décroche trois récompenses : meilleur acteur pour Jean Rochefort, meilleur acteur dans un second rôle pour Jacques Dufilho et meilleure photographie pour Raoul Coutard. On est loin du naufrage redouté.

« Sans un bateau, nous ne valons pas cher », déclare le commandant du Jauréguiberry qu’interprète Rochefort au côté de Claude Rich qui campe le médecin à bord. Dans Le Crabe-tambour la mer est omniprésente avec des thématiques comme le besoin d'ordre, le sentiment de l'honneur, le sens du sacrifice. Autant de questions qui traversent les films de Schoendoerffer, portées ici par un récit à plusieurs voix où chacun apporte des pièces au portrait en forme de puzzle d'un insaisissable aventurier flanqué d'un chat noir joué par Jacques Perrin.

« Pierre Schoendoerffer a toujours aimé les tournages paroxystiques, où on ne dort pas, on ne se lave pas et si jamais on n'a rien à manger c'est encore mieux » , plaisante le directeur photo Raoul Coutard  qui a notamment signé les images de La 317e section. De fait, le tournage du Crabe-tambour n’a pas été un long fleuve tranquille. Il a donc commencé par sept semaines sur un escorteur d’escadre destiné à être désarmé à l’issue de ce dernier voyage vers Saint-Pierre et Miquelon. Avant le départ, Raoul Coutard avait testé ses caméras en les mettant deux jours dans un congélateur et il a bien fait car sur le pont la température descendait  parfois à moins 30 et la nuit le navire se couvrait de glace qu'il fallait retirer pour éviter la surcharge du bateau parfois confronté à des lames d’une quinzaine de mètres.

A bord du Jauréguiberry, les  vingt personnes de l’équipe de tournage ont été amenées à vivre selon les conditions de l’équipage en suivant les règles propres aux différents grades. Si Jean Rochefort en tant que commandant a droit à une cabine individuelle. Claude Rich, lui, partage sa chambre avec un enseigne de vaisseau. Même les déjeuners se font  suivant les grades. Jean Rochefort garde des souvenirs marquants de l’expérience « L’Atlantique au mois de janvier sur un bateau de guerre, c'est pile ou face : il y a rejet ou passion. Je me souviens d'une tempête de nuit, Claude Rich et moi attachés à une table, elle-même attachée au plancher. C'était une sensation de désespoir tout-à-fait exaltante, pour un malade comme moi... Une sorte de Baudelaire de la morue… »

Au-delà  de ce tournage à la dure, Pierre Schoendoerffer souligne qu’il « n’a pas réalisé un film sur la condition militaire mais sur la condition humaine. Il se trouve que je me suis appuyé sur l'armée parce que c'est ce que je connais le mieux. » Il ajoute qu’il ressent vis à vis de ses personnages « une solidarité non pas politique mais émotionnelle ». Le Crabe-tambour est avant tout une réflexion sur le temps qui passe, l’amitié, les choix d’une vie. C’est d’ailleurs ce qui a notamment séduit Jacques Perrin dans le scénario : « Le film est intemporel et pas réaliste, affirme-t-il. Il traite de la quintessence des sentiments et des rapports entre individus »

 
le contexte