LE CRI

À partir de 2.99 €
Parce qu'avec son 5ème long métrage -et des vedettes américaines- Antonioni franchit une étape majeure dans sa carrière
Drame - 1958 - Italie - 111 MIN - VO - Tous publics
Dans un petit village de la plaine du Pô, Guido, un ouvrier chauleur vit en union libre avec une femme qu'il aime passionnément. Un jour sa compagne décide de rompre et le quitte. Il se retrouve avec sa petite fille et sa détresse, et plaque tout pour partir sur les routes avec l'enfant. Il va trouver refuge chez différentes femmes qui vont l'héberger et l'aimer. Mais il ne parvient pas à soigner sa détresse et à oublier son histoire d'amour. Après une longue période d'errance il décide de retourner dans son village...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

En 1957 sort « Le cri » un film italien de Michelangelo Antonioni. C’est la réaliste et même néoréaliste histoire d’un ouvrier qui erre avec sa petite fille dans le nord de l’Italie pour retrouver l’amour. Si la belle Alida Valli incarne sans surprise la femme victime du désamour, le rôle de l’amant est tenu par un Américain, Steve Cochran. Une autre yankee figure au casting, c'est Betsy Blair, signe d’une coproduction américaine pour toucher le marché international. Pour autant, c’est sans conteste un film du maître italien par le soin apporté aux images et par le tempo si particuliers qu’il sait imprimer à son montage. Voici l’histoire d’un homme qui ne parvient pas à combler sa solitude.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Un des films mythiques du néoréalisme italien se déroulant dans la plaine du Pô, parmi les paysannes qui travaillent dans les rizières. Célèbre à cause de la puissance érotique et tragique de la belle Silvana Mangano.

Michelangelo Antonioni

Le héros du film fait un voyage dans sa propre histoire amoureuse. Quitté par sa dernière compagne il apprend qu'il a un fils adulte sans savoir qui est la mère. Il part alors en quête des femmes qu'il a aimées...

SENSO, DE LUCHINO VISCONTI (1954)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS