LE DÉSORDRE ET LA NUIT (VERSION RESTAURÉE)

À partir de 2.99 €
Parce que l'ambiance d'un Paris nocture marqua des cinéastes tels qu'Alain Corneau
Policier / Suspense - 1958 - France - 91 MIN - VF - HD - Tous publics
Quand l'inspecteur Vallois, flanqué de son collègue Chaville, vient enquêter sur le meurtre crapuleux d'un patron de boîte connu des service de police il s'attend à une procédure de routine. Mais en rencontrant la maîtresse de sa victime il ne sait pas encore qu'il va remettre tout en cause dans sa vie privée et professionnelle. L'amour et le désir lui font perdre toute mesure et sa hiérarchie commence à le surveiller. Tomber amoureux d'une jeune droguée pour un vieux représentant de la loi, est-ce bien raisonnable?

Réalisé par

6.2 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Denis Parent
Denis Parent
CHRONIQUEUR

Derrière ce beau titre « Le désordre et la nuit » se cache un grand film noir de Gilles Grangier, à une époque où il était le compagnon de route, avec le jeune Michel Audiard, d’un Gabin vieillissant mais qui ne jouait pas encore les patriarches.

Nous sommes en 1958 et le film part d’une enquête policière ordinaire pour glisser vers le récit d’une passion doublement addictive. Le vieux flic, la jeune droguée, la transgression de la déontologie et de l’âge, les éléments du drame réalistes sont là.

Gabin 54 ans en vieux flic travaillé par le démon de midi retrouve la sobriété de ses années fastes, face à la sublime Nadja Tiller 29 ans. Il faut toujours se méfier des belles autrichiennes, elles vous font perdre la tête. Regardez.

FILMOTV VOUS RECOMMANDE

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Le contexte

Jean Gabin

Une dramaturgie comparable au "Désordre et la nuit": un homme mûr qui possède le pouvoir judiciaire prend sous sa protection une jeune délinquante.

Gilles Grangier

Le premier film moderne sur la police en France, le rapport entre la morale et le maintien de l'ordre, la vie privée des enquêteurs et leur désenchantement.

LA TRAVERSÉE DE PARIS DE CLAUDE AUTANT-LARA (1956)

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS