Bande Annonce de LE DOCTEUR JIVAGODécouvrez la bande Annonce de LE DOCTEUR JIVAGO sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/741/fond/741_w_500.jpg
David Lean
Alec GuinnessGeraldine ChaplinJulie ChristieOmar ShariffRod SteigerJeffrey RocklandRalph RichardsonRita TushinghamSiobhan MckennaTom CourtenayAdrienen CorriGérard TichyKlaus Kinski

LE DOCTEUR JIVAGO

185 mn

Note de SensCritique :

7.5 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : David Lean.

Casting : Alec Guinness, Geraldine Chaplin, Julie Christie, Omar Shariff, Rod Steiger, Jeffrey Rockland, Ralph Richardson, Rita Tushingham, Siobhan Mckenna, Tom Courtenay, Adrienen Corri, Gérard Tichy. Klaus Kinski

Synopsis : En Russie, au début du siècle, le jeune Youri Jivago, médecin et poète, a épousé la fille de ses parents adoptifs, Tanya. Dans Moscou troublé par les injustices sociales et la répression policière, il rencontre par hasard Lara, une jeune femme bafouée par l'amant de sa mère. Lorsque la révolution bolchevique éclate, Jivago et Lara se retrouvent, vivent une passion impossible, puis sont séparés par la tourmente de l'Histoire.

Scénario : Robert Bolt.
Musique : Maurice Jarre.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Politique / Histoire, C'est beau l'amour !, Il fait pas chaud, Avec des beaux gosses, Films russes, Longs et bons, Sous la neige , Auteurs américains, Oxygène et grand espaces, Entre deux guerres, Histoires dans l'histoire, En Russie.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film

En 1963, l’agent de David Lean lui suggère de lire un roman russe de plus de cinq cents pages, Le Docteur Jivago de Boris Pasternak. Le roman avait été interdit en Union Soviétique, mais il était vite devenu un classique de la littérature contemporaine et un succès de librairie traduit dans plusieurs langues, tandis que Pasternak recevait le Prix Nobel de littérature en 1958.
Lean se passionne pour cette histoire d’amour dans la tourmente de la révolution bolchévique et décide d’en faire son prochain film. L’adaptation est épineuse et Lean s’offre une nouvelle fois les services de Robert Bolt, satisfait de leur collaboration sur le scénario de Lawrence d’Arabie.

Les deux précédents films de Lean, Le Pont de la rivière Kwai et Lawrence d’Arabie avaient été produit par Sam Spiegel, et les deux hommes avaient entretenu une relation très conflictuelle qui n’encourageait pas Lean à vouloir renouveler l’expérience. Le Docteur Jivago sera produit pour la MGM par l’Italien Carlo Ponti, qui avait acquis les droits du roman en espérant confier le rôle de Lara, le grand amour de Jivago, à son épouse Sophia Loren. Jane Fonda et Yvette Mimieux sont envisagées. Le choix de Lean se porte sur une débutante de vingt-quatre ans, la comédienne britannique Julie Christie qui n’a tenu que quelques petites rôles, dont deux très remarqués, dans Billy le menteur de John Schlesinger et Le Jeune Cassidy, commencé par John Ford et terminé par Jack Cardiff. Lean se renseigne sur Julie Christie auprès de Ford qui ne tarit pas d’éloge sur la jeune comédienne. La MGM souhaitait que Paul Newman incarne Jivago. Après avoir pensé à Peter O’Toole, David Lean opte pour Omar Sharif, qu’il a déjà dirigé dans Lawrence d’Arabie. Certaines personnes sont surprises qu’on pense à un acteur Egyptien pour jouer un Russe, mais Omar Sharif sera parfait dans le rôle. 


La majeure partie du tournage se déroulera en Espagne, où les rues de Moscou sont reproduites en studios. Les prises de vue sont d’abord assurées par Nicolas Roeg, un talentueux directeur de la photographie qui deviendra dans les années 70 le célèbre réalisateur de Ne vous retournez pas ou L’homme qui venait d’ailleurs. Mais David Lean n’apprécie pas la personnalité un peu insolente du jeune homme et il le remplace par Freddie Young, qui avait déjà signé les superbes images de Lawrence d’Arabie.
Le film est boudé par la critique qui le trouve kitsch, démodé et lui reproche son imagerie très hollywoodienne. Il est vrai que la conception académique qu’a David Lean des films à grand spectacle est aux antipodes des transformations et des révolutions que connaît le cinéma au milieu des années 60, avec les nouveaux auteurs de la Nouvelle Vague française ou du « free cinema » britannique. Cela n’empêchera pas le film d’être un triomphe mondial, porté par la célèbre musique de Maurice Jarre, qui va émouvoir au fil des décennies des millions de spectateurs romantiques, comme avant lui Autant en emporte le vent ou après lui Titanic de James Cameron.

David Lean est né en 1908 à Croydon en Grande-Bretagne. Il est d’abord assistant opérateur, puis devient un monteur réputé avant de passer à la mise en scène sous les auspices de Noel Coward. Il coréalise en effet avec le célèbre auteur anglais Ceux qui servent en mer en 1942, un film de guerre à la gloire de la Marine britannique qui remporte un très grand succès.

Les films suivants de David Lean dans les années 40 sont des adaptations brillantes de pièces de Coward : Heureux Mortels, L’esprit s’amuse, Brève Rencontre. Lean adapte également à deux reprises Dickens avec des films qui sont des classiques du cinéma britannique : Les Grandes Espérances et Oliver Twist. Ces deux films inaugurent la longue collaboration entre Lean et le comédien Alec Guinness, spécialiste des rôles de compositions et des transformations physiques. Le style de David Lean se caractérise par sa clarté et son classicisme. Dans la première partie de son œuvre, il est aussi à l’aise dans le drame que la comédie, comme en témoigne Chaussure à son pied en 1954 avec Charles Laughton. Lean est toujours tiraillé entre des aspirations personnelles très romantiques et parfois sombres, et son goût pour des projets ouvertement commerciaux. Le dernier film de cette période est Vacances à Venise en 1955, un mélodrame tourmenté avec Katherine Hepburn se déroulant dans une Venise de carte postale. A partir du Pont de la rivière Kwai en 1957, David Lean se tourne vers le monumentalisme cinématographique. Ses films deviennent des superproductions ambitieuses mettant en scène des sujets historiques avec une pléiade de vedettes internationales. Chez le cinéaste le perfectionnisme et la maîtrise totale du moindre détail vont de pair avec un comportement tyrannique et une froideur hautaine sur les plateaux. C’est l’heure de la consécration pour David Lean, mais aussi de l’enfermement dans des productions de plus en plus lourdes et coûteuses, et du risque de l’académisme illustratif. Cependant, Lean conserve le goût du risque et n’a pas peur des sujets à controverse, en rapport direct avec l’histoire du XXe siècle. Lawrence d’Arabie, son chef-d’œuvre, dresse le portrait d’un personnage ambigu, loin des héros de films d’aventures classiques. La Fille de Ryan ose aborder le sujet extrêmement sensible, le terrorisme en Irlande au début du siècle. Il y a dans ces films un romantisme fiévreux qui perce sous la froideur et le caractère maniaque du cinéma de Lean. Les ambitions et les exigences de Lean l’obligent à ralentir le rythme de ses tournages. Il réalise en 1984 son dernier film, La Routes des Indes d’après E. M. Foster, et meurt en 1991 avant d’avoir pu entreprendre le tournage de Nostromo, d’après un roman de Joseph Conrad qu’il souhaitait adapter au cinéma depuis des décennies.

Si David Lean a incarné à la fin de sa vie une vision conservatrice de l’art cinématographique, il a aussi enflammé l’imagination du grand public et suscité beaucoup d’admiration de la part de jeunes cinéastes fascinés par l’ampleur de ses films. Sergio Leone, Steven Spielberg ou George Lucas ont voulu à un moment de leur carrière se confronter au cinéma de David Lean. Steven Spielberg a d’ailleurs mis en scène un film initialement prévu pour David Lean, Empire du soleil d’après James C. Ballard en 1987.

Déchirement d'une révolution

Tout commence avec une longue ouverture accompagnée de la musique de Maurice Jarre, rappelant un cinéma, malheureusement, emporté par le vent, puis très vite, David Lean nous transporte dans la Russie de ce début du XXème siècle. Il adapte assez librement l'oeuvre de Boris ...

Lire la suite
10
Docteur_Jivago

Fresque célèbre

Il règne sur l’exposition du Docteur Jivago tous les éléments annonciateurs de la grande saga à venir : une mystérieuse anticipation sur laquelle pèse des décennies muettes d’histoire et de deuil, un enterrement au lyrisme puissant nous ramenant à l’enfance et la ...

Lire la suite
8
Sergent Pepper

Un bobo dans la tourmente

Quand on parle de roman russe, on pense tout de suite à une foule de personnages, à des destins qui s'entrecroisent, le tout formant une fresque ou la condition humaine est ramenée à son échelle. Pour transposer au cinéma le roman de Boris Pasternak, David Lean est obligé ...

Lire la suite
9
-Marc-
A voir également
Affiche du film NASHVILLE
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film 10 000

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA FILLE DE RYAN

à partir de

2.99
Inclus danspassillimite
 
Affiche du film SEPT ANS AU TIBET

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMME DES BETES

à partir de

4.99
 
Affiche du film THE WAVE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film DANS L OMBRE DE TEDDY RINER

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film AMERICAN NIGHTMARE 3 : ELECTIONS

à partir de

4.99
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LA TORTUE ROUGE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés