LE FANTôME DE LA RUE MORGUE

Bientôt disponible
Parce que, merci Edgar Poe, le chevalier Dupin se révèle le père des détectives
Fantastique / Horreur - 1954 - Etats-Unis - 85 MIN - Tous publics
Paris au début du XIXème siècle. Une série de meurtres horribles effraient les habitants de la rue Morgue où ils ont lieu. Les victimes sont toutes des femmes portant au bras un bracelet avec trois clochettes. L’inspecteur Bonnard, qui mène l’enquête, est convaincu que le coupable ne peut être qu’un sadique d’une grande agilité. Il en vient à soupçonner le professeur Dupin qui va mener son enquête de son côté. Il était loin d’imaginer ce qu’il va découvrir.

Réalisé par

5.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Roy Del Ruth, le réalisateur du Fantôme de la rue Morgue n’était pas un spécialiste de l’horreur même s’il devait encore réaliser en 1959 The Alligator People. En fait, il a débuté à Hollywood en 1915 comme scénariste pour Mack Sennett et, passant lui-même à la réalisation s’est illustré dans des genres différents de la comédie au film musical. On lui doit notamment la première version du Faucon maltais en 1931 et, entre autres réussite, La Du Barry était une dame, avec Lucille Ball et Gene Kelly en 1943.
C’est pour satisfaire à la mode de l’époque que, dans la foulée du succès de L’Homme au masque de cire, Roy Del Ruth a réalisé ce Fantôme de la rue morgue en relief, d’après la nouvelle horrifico-policière d’Edgar Allan Poe Double Assassinat dans la rue morgue. Ce texte, publié pour la première fois en 1841, avait déjà été porté à l’écran par Robert Florey en 1932 avec Bela Lugosi, alors auréolé de son triomphe dans Dracula. Outre deux versions muettes, les autres adaptations les plus connues sont Murders in the Rue Morgue par Gordon Hessler en 1971 et Les Tueurs de la rue Morgue que Jeannot Szwarc a tourné avec George C. Scott, pour la télévision américaine.
Comme dans la version de Robert Florey, c’est Charles Gemora qui joue le gorille sans que son nom soit mentionné au générique. Victime d’une crise cardiaque pendant les prises de vues, il a d’ailleurs dû se faire remplacer par un cascadeur dans le costume du singe. Toujours sous un déguisement simiesque, Gemora a joué bien d’autres films. Notamment Les Montagnards sont là ! avec Laurel et Hardy. En revanche, dans La Guerre des mondes, il s’est costumé en martien.

Le contexte

C'est une libre adaptation d'Edgar Poe

Roy Del Ruth

La précédente adaptation de la même nouvelle d'Edgar Poe.

SUR LES QUAIS