Le filet

Bientôt disponible
Parce que le mélo policier d’Emilio « El Indio » Fernandez a bouleversé pas mal de libidos
Drame - 2000 - Mexique - 80 MIN - Tous publics

Après un cambriolage raté, Antonio s’est réfugié sur une plage déserte avec sa compagne, la belle Rossana. Pour vivre, il pêche des éponges qu’elle vend au village. Tout juste évadé du bagne, José Luis, le complice et l’ami d’Antonio, les rejoint bientôt et s’installe sur la plage avec eux, malgré l'hostilité de la jeune femme. La tension monte lorsque les deux amis deviennent rivaux.

Réalisé par

7.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Le Filet, sorti en 1953, est considéré comme le dernier film important d’un réalisateur mexicain nommé Emilio Fernandez, surnommé « El Indio », né en 1904 d’une mère indienne et d’un père métisse d’ascendance espagnole.

 

C’est en 1942 que « El Indio » entame sa carrière de réalisateur après avoir pris part, à la fin des années 1920, à la sanglante guerre civile mexicaine ; c’est la grande époque de Pancho Villa et d’Emiliano Zapata. Obligé de fuir son pays, il s’établit en Californie où, après avoir exercé tous les métiers possibles et imaginables, il tente sa chance à Hollywood, comme figurant. Excellent cavalier, il apparaît, dès 1928, dans de nombreux westerns, souvent menés par Bob Steele, le cow-boy star de l’époque. En 1933, il est aussi l’un des danseurs qui accompagnent Fred Astaire et Ginger Rogers – pour la première fois réunis à l’écran – ainsi que Dolorès Del Rio dans Carioca, la célèbre comédie musicale de Thornton Freeland.

 

Revenu à Mexico au milieu des années trente, son expérience hollywoodienne va lui permettre, comme il le souhaitait, de devenir réalisateur. C’est ainsi que, dès 1942, il devient le plus actif des cinéastes mexicains, reconnu internationalement dès son quatrième film, Maria Candelaria, pour lequel il retrouvait Dolorès Del Rio et qui, sorti en 1944, obtint, deux ans plus tard, l’un des grands prix du tout premier festival de Cannes, en septembre 1946.

 

C’est donc vingt-cinq films plus tard, en 1953, qu’Emilio Fernandez (bientôt 50 ans) tourne Le Filet, un huis clos à ciel ouvert, peu bavard et extrêmement sensuel, parsemé de symboles audacieux et sans aucune ambiguïté ! La façon dont la caméra dévoile la très belle et très jeune Rossana Podesta – elle n’a que 19 ans – ainsi que le décolleté de son tee-shirt, déchiré et moulant – qui rappelle celui de Jane Russell dans le Banni –, feront beaucoup pour la réputation de cette œuvre qui, présentée à l’occasion du 6e festival de Cannes, y fit scandale avant d’y recevoir le prix du « film le mieux raconté par l’image », distinction originale et abandonnée depuis, inventée, cette année là, par le très poète président du jury, Jean Cocteau.

Tags

Contexte

Emilio Fernández

HÉLÈNE DE TROIE (1956)

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Disponible sur





Paiement sécurisé
Mode de paiement
Partenaires

Avec l'offre d'abonnement vidéo à la demande à petit prix FilmoTV, visionner les meilleurs films sur tous supports en un clic ! FilmoTV, une offre multiécrans : PC classique, application Google Android, système iPhone et tablettes, Numericable, télévisions connectées, faites entrer le cinéma sur vos écrans ! Profitez de vos films d'aventures en abonnement vidéo à la demande à petit prix ou de vos films de comédie à voir en téléchargement légal. Pour cela allez sur les pages mode d'emploi ou comment s'abonner.