Bande Annonce de LE FLAMBEURDécouvrez la bande Annonce de LE FLAMBEUR sur FilmoTVhttp://
Karel Reisz
Burt YoungCarmine CaridiJacqueline BrooksJames CaanJames WoodsLauren HuttonM. Emmet WalshMorris CarnovskyPaul SorvinoSully Boyar

LE FLAMBEUR

107 mn

Note de SensCritique :

7 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Karel Reisz.

Casting : Burt Young, Carmine Caridi, Jacqueline Brooks, James Caan, James Woods, Lauren Hutton, M. Emmet Walsh, Morris Carnovsky, Paul Sorvino. Sully Boyar

Synopsis : Professeur de littérature à New York, Axel Freed est dévoré par la passion du jeu et passe ses nuits au casino. Il se retrouve avec une dette de 44 000 dollars à régler dans les deux jours. Sa mère, Naomi, lui refuse toute aide. Le gérant du casino lui transmet les menaces des créanciers...

Scénario : James Toback.
Musique : Gustav Mahler, Jerry Fielding.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Policier / Suspense, Drame.

Film pas encore disponible

En 1974, Karel Reisz est considéré comme porté disparu. Depuis six ans et Isadora, son biopic d’Isadora Duncan, on n’a plus de nouvelles de l’un des piliers du free cinéma, le mouvement britannique précurseur de la Nouvelle Vague française.

Reisz réapparait de l’autre côté de l’Atlantique avec Le flambeur, son premier film américain. Le metteur en scène s’est expatrié plusieurs mois à New York pour travailler sur cette transposition libre du Joueur, le classique de Dostoïevski. Son personnage central est devenu un professeur de littérature, accro au jeu, ayant de lourdes dettes à solder auprès de malfrats.

Bien que se déroulant dans un univers totalement différent des films anglais de Reisz, Le flambeur exacerbera ses thèmes récurrents, notamment la fuite en avant au nom d’une quête d’absolu. Cette escapade américaine et son lyrisme urbain sera le point de départ d’une brillante seconde carrière pour le réalisateur, des Guerriers de l’enfer à Chacun sa chance, plus que jamais attaché à filmer les névroses et l’aliénation chez des bouleversants anti-héros ne se sentant vivants que lorsqu’ils se mettent en péril.

A l’origine de la réapparition de Karel Reisz, il y a James Toback.  Au début des années 70 le futur réalisateur américain veut déverser son propre malaise dans un roman où il raconterait de manière à peine déguisée son parcours de prof d’anglais à New York qui passait ses nuits dans les salles de jeu clandestines. Il optera pour en faire un scénario, qui tombera entre les mains de Robert De Niro. Porté par l’envie de l’acteur de l’interpréter, Toback fait passer son œuvre au tout-puisssant agent artistique Mike Medavoy, qui le propose à un Reisz tout aussi enthousiaste.

Le réalisateur part pour New York où il rencontre De Niro, mais ne s’entend pas du tout avec lui sur le personnage. Jusqu’à menacer Toback qui faisait du lobbying pour la révélation de Mean Streets d’être débarqué du projet s’il continue à insister. D’autres acteurs seront envisagés, de Peter Boyle à Warren Beatty, mais c’est en rencontrant James Caan, que Reisz aura le déclic. Notamment lorsqu’il découvre que le Sonny Corleone du Parrain a un parfait point commun avec Axel Freed, le rôle principal du Flambeur: Caan qui se débat d’une lourde addiction à la cocaïne connaît bien cet état psychologique.

Pas question pour autant pour Reisz de faire un film sur la rédemption. A ses yeux Freed n’a pas besoin de morale pour être, à sa manière un héros romantique tel qu’on l’entendait à l’époque de Dostoïevski : un homme embarqué par ses désirs et son destin. Le flambeur sera l’une des meilleures prestations de James Caan.Même s’il confessera plus tard que le film de Reisz est un de ceux qu’il préfère dans sa filmographie, le tournage s’est particulièrement mal passé entre l’acteur et le metteur en scène, Caan jurant qu’il ne retravaillerait plus jamais avec lui. Il aurait peut-être dû se défaire de son serment : pendant que Reisz offrait d’autres grands rôles à Nick Nolte dans Les guerriers de l’enfer ou Jeremy Irons dans La maîtresse du lieutenant français, Caan devra attendre plusieurs années avant de retrouver avec Le solitaire de Michael Mann, un autre personnage intériorisé aussi exceptionnel que celui du Flambeur.

A redécouvrir !

Oubliez le remake mettant en vedette Mark Wahlberg du film de Karel Reisz sorti en 1974, The Gambler. Inspiré de la nouvelle de Dostoïevski, Le Joueur, et basé sur l'expérience personnelle du scénariste, James Toback, on y suit les mésaventures d'un homme, issu d'un milieu ...

Lire la suite
8
Il a osé !

Caan nullard

Très solide représentant des films de gambling exposant avec finesse l'addiction incontrôlable au jeu qui écrase un excellent James Caan (franchement pas loin de son meilleur rôle), solitaire dans l'âme, en prise avec son irrépressible envie de toujours faire un pari de ...

Lire la suite
7
drélium
 
le contexte
  • Egalement interprété par
    James Caan
  • Pas si éloigné
    Inédit en France, ce film est le remake du "Flambeur". Mark Walhberg remplace James Caan devant la caméra de Rupert Wyatt, réalisateur de "La Planète des singes : le commencement".
  • Egalement realisé par
    Karel Reisz
  • Dans le même genre
    Le premier polar de Melville se déroule dans le monde des casinos, où la simple présence d'une table de jeu peut faire basculer le destin des protagonistes.
A voir également
Affiche du film MAX LA MENACE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L EFFACEUR

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film A STAR IS BORN

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film FIRST MAN

à partir de

4.99
 
Affiche du film CAPHARNAUM

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ALAD 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GIRL

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film LE JEU

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés