LE GENDARME À NEW YORK

À partir de 2.99 €
Quand Cruchot et sa bande débarquent chez les « cops », c’est le « pastis » assuré...
Comédie - 1965 - France|Italie - 98 MIN - VF - Tous publics

Les gendarmes de Saint-Trop ont été choisis pour représenter la France lors d’un congrès international de la Gendarmerie à New York. Après une traversée sur la paquebot France, ils arrivent à Manhattan sans s’être aperçus que Nicole, la fille de Cruchot, est elle aussi du voyage. Or, dès son arrivée, son père la croit voir à tout instant, persuadé qu’il est victime d’hallucinations... Jusqu’au moment où il découvre le pot aux roses et c’est alors que les ennuis commencent pour toute la brigade...

 

Réalisé par

5.2 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique

Cela paraît dingue, et pourtant, c'est bien la brigade de Ludovic Cruchot qui a été choisie pour représenter la France à New York, lors du congrès international de gendarmerie ! Le deuxième épisode de la série des Gendarmes est rocambolesque et évidemment "funésienne" à souhait grâce à la traversée de l’Atlantique sur le France, la propre fille de Cruchot qui embarque clandestinement parce qu’elle rêve de visiter les Etats Unis, la concurrence effrénée entre nos gendarmes et la brigade italienne, des courses poursuites entre Ludovic et sa fille dans les rues de la Grande Pomme, et tous les déguisements possibles : uniformes de police américaine, déguisements de cow-boys et d’Indiens, chapeau chinois et tenues de base-ball !

Et puis il y a la scène à revoir en boucle, où De Funès atteint des sommets d’obséquiosité avec son chef, l’adjudant Michel Galabru, et de crise de nerfs avec ses sous fifres : la leçon d’anglais ! My taylor is riche. My taylor is not riche. Et Modo qui a le malheur de dire à Cruchot quand il met à la porte Grosso : Your attitude is not juste… Répétez après moi : De Funès is énorme. 

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Louis de Funès

Une comédie remuante et toujours aussi branchée dans le décor de New York avec une jeune actrice nommée... Madonna !

Jean Girault

Ou comment les sagas inventent des volets à l’étranger pour se renouveler

LA GRANDE VADROUILLE DE GÉRARD OURY

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité