LE GOUFFRE AUX CHIMÈRES

1951
107 mn
Ce film n’est plus disponible

1951
107 mn
Parce que Billy Wilder s'est inspiré d'un fait divers survenu à Pasadena en 1949
Charles Tatum, journaliste sans scrupules, doit quitter New York pour le Nouveau-Mexique. Il est témoin d'un accident lors d'un reportage et sent qu'il tient là un scoop. Aveuglé par sa soif de réussite et voulant garder l'exclusivité, il va jusqu'à demander aux secouristes de ralentir leurs travaux...
Ce film n’est plus disponible
Drame
Etats-Unis
Tous publics

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Le Gouffre aux chimères est le portrait d’un homme méprisable, cynique et lâche, journaliste de son état qui, l’occasion se présentant, met en scène la mort d’un homme, coincé dans l’anfractuosité d’un rocher pour doper les ventes de sa gazette. Mais le titre original de cette tragédie est Le Grand Carnaval. Car peu à peu c’est toute une population qui semble se repaître de ce sordide fait-divers.

Billy Wilder, qui est sans conteste l’un des plus grands cinéastes de l’Histoire, a sans cesse oscillé, brossant une galerie sans pareille de personnages peu ragoutants, entre l’ironie et le dégout. C’est naturellement qu’il cloue au pilori les médias, qu’il achèvera dans un ricanement 23 ans plus tard avec Spéciale Première. Et pourtant, nous ne sommes qu’en 1951, et le pire reste à venir. Le Mad City de Costa-Gavras l’attestera avec fracas.

Mais le film ne fait pas semblant de croire que les médias soient une pustule isolée au sein d’une société saine. Les curieux, et même les proches de l’homme emmuré ne valent au fond pas mieux que notre plumitif primitif. N’oublions pas que le film est contemporain de la fameuse Chasse aux sorcières visant à mettre au ban de la société une part d’elle-même.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver LES HOMMES DU PRÉSIDENT (L'histoire vraie des journalistes qui ont révélé le scandale du Watergate : le film célèbre la justice et la liberté d'expression, soit tout le contraire du "Gouffre aux chimères".) ou encore LA DAME DU VENDREDI (Parce que les journalistes y sont également montrés comme des êtres sans scrupules, prêts à tout pour un scoop. Billy Wilder en réalisera un remake en 1974.).