LE MANDAT (VERSION RESTAURÉE)

1968
88 mn
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés

1968
88 mn
l'humour et l'ironie déployés par Sembene font mouche
A Dakar, Ibrahim Dieng, un bon musulman sénégalais, vit tranquillement et respecté de tous avec ses deux femmes et leurs sept enfants, jusqu'au jour où la fortune semble lui tomber dessus sous la forme d'un mandat postal mais dont le contenu ne lui est pas totalement destiné. N'empêche, la nouvelle du mandat se répand comme une traînée de poudre dans le quartier et les ennuis commencent...
À la carte à partir de 2.99 € | -50% pour les abonnés
Comédie
France
Tous publics
VO - HD

1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Un jour, le facteur apporte à Ibrahima Deng une lettre de son neveu, balayeur des rues à Paris, avec un mandat de 25 000 francs CFA. Sans travail mais avec femmes et enfants, il doit seulement en garder 2 000 francs et remettre le restant à sa sœur…Mais la nouvelle se répand comme une traînée de poudre dans le quartier. Les solliciteurs viennent de toutes parts et Ibrahima ne refuse ni les crédits, ni les petits services. Or, sans carte d’identité, il ne peut retirer l’argent. C’est le début d’un chemin de croix bureaucratique. Tel est l’argument du film Le Mandat écrit et réalisé par le cinéaste sénégalais Sembène Ousmane. 

Sorti sur les écrans en 1968, ce film est singulier à plusieurs titres. A l’époque, il a été coproduit par une société française et avec l’avance sur recettes du Centre Nationale de la Cinématographie (CNC), André Malraux étant alors Ministre de la Culture. En outre, il existe en deux versions : l’une  en français, l’autre en ouolof parlé par une très grande majorité de Sénégalais. Lors du tournage, les acteurs ont du par conséquent apprendre leur texte en français et le restituer ensuite en ouolof. 

Au final, la version en ouolof est plus longue de quinze minutes, mais surtout, et de l’avis même du réalisateur Sembène Ousmane et des spectateurs, le ton sonne plus juste dans cette  version, les acteurs ayant été plus à l’aise pour rendre les émotions et faire coïncider leur gestuelle habituelle avec les dialogues.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver TELLEMENT PROCHES (Avec ce film, le tandem Toledano et Naccache exposent à leur manière les ressorts des comédies qui prennent la famille pour cible.) ou encore AH ! SI J'ÉTAIS RICHE (Michel Munz et Gérard Bitton ont imaginé à leur tour les répercussions d'une manne financière imprévue).

FilmoTV vous recommande

Pas si éloigné