Bande Annonce de LE PERE DE LA MARIEEDécouvrez la bande Annonce de LE PERE DE LA MARIEE sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/1942/fond/1942_w_500.jpg
Vincente Minnelli
Billy BurkeDan TaylorElizabeth TaylorJohn BennettLeo G. CarrollMoroni IlsenSpencer TracyMelville CooperPaul HarveyTaylor HolmesFrank OrthMarietta CantyRuss TamplynTom Irish

LE PERE DE LA MARIEE

89 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Vincente Minnelli.

Casting : Billy Burke, Dan Taylor, Elizabeth Taylor, John Bennett, Leo G. Carroll, Moroni Ilsen, Spencer Tracy, Melville Cooper, Paul Harvey, Taylor Holmes, Frank Orth, Marietta Canty, Russ Tamplyn. Tom Irish

Synopsis : L’avocat Stanley Banks vit une petite vie sans histoire avec sa femme, ses deux fils et sa fille, jusqu’au jour où cette dernière annonce, entre la glace et le café, son intention de se marier. C’est le début d’une rude période au cours de laquelle le pauvre Stanley devra prendre en main l’organisation de la cérémonie, faire face aux dépenses – qu’il juge – incongrues, rencontrer la belle famille...

Scénario : Albert Hackett, Frances Goodrich.
Musique : Adolph Deutsch.
Pays : Etats-Unis d'Amérique
Tags : Comédie, Histoire de familles, Des pères pas comme les autres, Films de mariages.

à partir de

7.99
voir ce film

Nous sommes à Hollywood, le 6 mai 1950. Ce jour là, une jeune fille de 18 ans (et trois mois) épouse un jeune homme de 24 ans. Rien d’extraordinaire, sauf que, primo, le jeune homme en question n’est autre que Conrad Hilton Jr., dit Nicky Hilton, héritier des hôtels portant son nom et futur patron de la TWA, et que, deuxio, la jeune fille, malgré son jeune âge, n’est pas tout à fait une inconnue non plus, puisqu’il s’agit d’Elizabeth Taylor. Si le marié ne sait pas encore qu’il deviendra, un jour, le grand-oncle de l’ineffable Paris Hilton, la mariée, de son côté, ignore que cette Marche Nuptiale et que ce « yes » qu’elle vient de prononcer, émue aux larmes, seront les premiers d’une longue série...

 

S’ils ne savent pas tout ça, les deux tourtereaux – qui se sépareront neuf mois plus tard – savent, en revanche, que le surlendemain de leur mariage, la Metro-Goldwyn-Mayer a organisé l’avant-première du nouveau film de la jeune comédienne : le Père de la mariée. L’occasion était trop belle. Profitant de l’actualité matrimoniale de son interprète, la promotion du film est toute trouvée !

 

A cette époque, la jeune Elizabeth a déjà tourné dans une dizaine de films dont Fidèle Lassie et les Quatre filles du docteur March ; Spencer Tracy, 50 ans, 7 nominations et 2 Oscars, vient d’affronter une nouvelle fois sa compagne, Katharine Hepburn en avocate féministe dans, Madame porte la culotte, de George Cukor, et Joan Bennett – la mère de la mariée – interprète fétiche de Fritz Lang, venait de tourner son dernier film avec lui, le Secret derrière la porte. Quant à Don Taylor – aucun lien de parenté avec Elizabeth – que vous allez découvrir dans le rôle de l’heureux élu, on l’avait déjà vu dans la Cité sans voiles, de Jules Dassin, mais, surtout, il allait devenir réalisateur. On lui devra, entre autres, quelques films fantastiques tels que les Evadés de la planète des singes, l’île du Docteur Moreau – la version Burt Lancaster/Michael York –, Damien – la Malédiction 2 ou encore Nimitz, retour vers l’enfer.

 

Enfin, Vincente Minnelli a 47 ans lorsque le public américain fait un triomphe à cette comédie, la première de sa filmographie, tournée après plusieurs comédies musicales – Le Chant du Missouri ou Yolanda et le voleur – et avant Un Américain à Paris, d’après l’opérette des compositeurs George et Ira Gershwin. Ira Gershwin à qui Vincente Minnelli et Judy Garland avaient demandé, cinq ans auparavant, d’être le parrain de leur bébé, une adorable petite fille baptisée, comme l’une de ses chansons, Liza.

Le Père de la mariée rencontra un tel succès que, dix mois plus tard, seulement, sortait sur les écrans américains Allons donc, papa !, dans lequel, après les affres du mariage, Spencer Tracy et Joan Bennett découvraient les joies d’être grands-parents, puisque leur fille, toujours Elizabeth Taylor, et leur gendre, toujours Don Taylor, attendaient ce qu’il est convenu d’appeler un « heureux évènement ». Evénement heureux, certes, mais, pour le grand-père – ex père de la mariée – source d’angoisses nouvelles, d’énervements incontrôlables et de cauchemars remplis de marmots braillards. Le film fut tourné en une vingtaine de jours, alors que Vincente Minnelli avait déjà commencé le tournage d’Un Américain à Paris, que la complexe construction du décor final devait, fort à propos, interrompre une vingtaine de jours, justement. Seul Spencer Tracy, bien que sous contrat avec la MGM, n’avait pas très envie d’y retourner. C’est, dit-on, sa compagne, Katharine Hepburn, que Minnelli avait dirigée cinq ans plus tôt, qui parvint à le décider.

 

Adapté d’un best-seller homonyme de l’écrivain et journaliste Edward Streeter, le scénario du Père de la Mariée, le film que vous venez de voir, avait été rédigé par Frances Goodrich et son mari Albert Hackett, qui avaient, tous deux, écrit le scénario du Pirate, la comédie (musicale et exotique) que Minnelli avait tournée en 1948 avec Judy Garland et Gene Kelly. Ils avaient, également, été les scénaristes de La vie est belle, de Frank Capra, des Sept femmes de Barberousse, de Stanley Donnen, et, dans un tout autre genre, avaient adapté, pour George Stevens, le fameux Journal d’Anne Frank, qui leur vaudra le prestigieux prix Pulitzer. Leurs noms, évidemment, apparaîtront au générique du remake du Père de la mariée, tourné en 1991, avec Steve Martin et Diane Keaton.

 

Si, à l’évidence, le nom de Vincente Minnelli évoque, en priorité, la danse et le chant, le Technicolor et le Cinémascope, Fred Astaire et Judy Garland, Tous en scène et Brigadoon, il ne faudrait pas oublier ces régulières infidélités au monde enchanté de la comédie musicale. Il y aura des drames tels que les Ensorcelés, la Vie Passionnée de Vincent van Gogh ou les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, il y aura, aussi, une série de comédies pures, dans la veine du Père de la Mariée. C’est ainsi qu’en 1953, il retrouve ses scénaristes, Frances Goodrich et Albert Hackett, pour la Roulotte du plaisir, l’adaptation cinématographique d’une série télévisée à succès, menée par Lucille Ball et Desi Arnaz – mari et femme à la ville comme à l’écran – que leur envie de vivre dans une caravane va mener au bord de la rupture. Happy end oblige, tout rentrera dans l’ordre avant le mot fin.

 

Quatre ans plus tard, avec la Femme modèle, Minnelli réunit un couple bien peu habitué aux comédies, Gregory Peck, qui vient de perdre son combat face à Moby Dick, et Lauren Bacall, tout juste échappée du drame de Douglas Sirk, Ecrit sur du vent. Lui est journaliste sportif, elle est dessinatrice de mode, ils se rencontrent par hasard et se marient le soir même ! Mais, obligé de se cacher après la parution d’une série d’articles consacrés aux combines dans le monde de la boxe, le journaliste, toujours amoureux, ne pourra empêcher celle qu’il aime de douter de sa fidélité ! Happy end oblige, tout rentrera dans l’ordre avant le mot fin.

 

En 1964, quittant la Metro-Goldwyn-Mayer où il fit toute sa carrière, Minnelli tournera une dernière comédie avec Tony Curtis, Debbie Reynolds et Walter Matthau, Au revoir Charlie, où un séducteur, occis par un mari trompé, revient sur terre dans la peau d’une blonde, scénario qui n’est pas sans rappeler, justement, Dans la peau d’une blonde, le film que Blake Edwards tournera une trentaine d’années plus tard.

 

C’est ainsi que, en un peu plus de trente ans de carrière, Vincente Minnelli passa de la comédie musicale au drame et de la comédie dramatique à la comédie avec, comme l’écrivent Bertrand Tavernier et Jean-Pierre Coursodon dans 50 ans de cinéma américain, « cette faculté de transporter sa vision, son univers  d’un genre à l’autre, et de toujours, finalement, dire ce qu’il avait à dire. »

A voir également
Affiche du film LE MAGICIEN D OZ

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUSPIRIA

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN AMERICAIN A PARIS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film ILS SE MARIÈRENT ET EURENT BEAUCOUP D ENFANTS

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés