LE PÉRIL JEUNE

1995
100 mn
Parce que des gens se disputent encore pour savoir si le film se déroule en 1976 ou 1977
Ce film n’est plus disponible

Bruno, Momo, Léon et Alain se retrouvent dans la salle d’attente d'une maternité. Leur amie Sophie est sur le point d’accoucher. Le père de l'enfant à naître était Tomasi, leur meilleur ami. Il est mort un mois plus tôt d'une overdose. C’est l'occasion pour les quatre amis de se rappeler leur année de bac au lycée Montesquieu. En dehors des cours et de leurs relations avec les...

Ce film n’est plus disponible
Drame
France
Tous publics
1 min avant
2 min après
Les avis sens critique
Les + de filmo

Pour son second long métrage partiellement autobiographique, Cedric Klapisch réunit une bande d’amis atour d’un double événement : la mort par overdose d’un de leurs camarades de lycée, suivie de la naissance du fils de celui-ci. A cette occasion, ils  évoquent l’époque qui les a menés là où ils sont, une dizaine d’années plus tôt, en 1975.

Commandé par la chaîne Arte, pour ce qui devait être à l’origine un téléfilm, Le Péril jeune révèle Romain Duris, Vincent Elbaz et Elodie Bouchez comme la crème de la nouvelle génération d’acteurs du début des années 90, tandis que Cédric Kaplisch y affirme un tempérament de réalisateur habile et à l’aise avec les jeunes. Utilisant les plans fixes pour évoquer le présent, il se sert au contraire d’une caméra très mobile pour évoquer l’énergie débridée des années 70.

Ses personnages n’étaient pas seulement en train de passer de l’adolescence à l’âge adulte, mais sans le savoir, leurs rapports avec l’autorité, le sexe, les drogues et la politique étaient sur le point de changer radicalement. Le film l’exprime avec un réalisme teinté d’une profonde nostalgie. Il est à la fois joyeux et triste, énergique et lucide.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver CAMILLE REDOUBLE (Une fille remonte dans le temps pour revivre la fin de son adolescence) ou encore APRÈS MAI (Evocation de la fin des années lycée au début des années 70).