LE PROJET BLAIR BITCH

Bientôt disponible
Parce que ce "remake", qui se passe aussi dans les bois, fut nominé Hot D'Or
Adulte - 1998 - France - 66 MIN - interdit aux moins de 18 ans
Une équipe de vidéastes/journalistes amateurs se rendent dans une forêt mystérieuse pour ramener des preuves filmées de l'existence d'une sorcière qui, en compagnie de son acolyte femelle, agresse les gens de passage pour les épuiser sexuellement.

Réalisé par

Pas encore disponible
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Christophe Lemaire
Christophe Lemaire
CHRONIQUEUR

C’est désormais un rite : dès qu’un film cartonne au box office, il a systématiquement droit à sa sa parodie hard.  Y compris en France. Au hasard des centaines de titres on peut citer le Diner de connes, les Tontons tringleurs, la Vérité si je bande, le Gland bleu, les Uns dans les autres, Bienvenue chez les Cht’ines coquines ou encore les Visiteuses. L’actrice/réalisatrice/productrice  de films X Véronique Lefay, elle, s’est attaquée, non pas à un film français mais à un classique du cinéma d’épouvante américain des années 90. En l’occurrence le Projet Blair Witch, qu’elle détourne ci en Projet Blair Bitch. Bitch voulant dire « salope », ce n’est donc plus une sorcière terrifiante qui se cache dans les bois, mais une sorcière nymphomane !  Sa particularité : elle épuise sexuellement ses victimes. Menu d’une petite caméra DV, Véronique Lefay et quelques acolytes partent donc dans des bois mystérieux pour vérifier l’existence de cette légende du cul. Filmé façon found footage, comme le film original, le Projet  Blair Bitch arrive à terme lorsque la sorcière et sa fidèle compagne (jouée la mamellifaire Dolly Golden) se livrent à une partouze endiablée (c’est le moins qu’on puisse dire !) en compagnie de Véronique Lefay qui, tout en se masturbant, n’oublie pas au passage de ne pas lâcher sa caméra. Histoire qu’elle revienne enfin avec une preuve irréfutable de l’existence de cette « witch bitch » ! 

Tags

Le contexte

Dolly Golden

Classique du cinéma d'pouvante américain qui pour, un coût de production très faible, a rapporté plus de cent millions de dollars au box office US et qui lança la mode des films en "found footage".

Véronique Lefay

Un porno français stylisée au références élégantes (d'"Apocalypse Now" de Coppola aux "Proies" de Don Siegel) situé dans un monde postapocalyptique.

LES TONTONS TRINGLEURS

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS