LE QUATRIÈME PROTOCOLE

Bientôt disponible
Parce que bien avant James Bond, Pierce Brosnan y joue les espions (soviétiques!)
Policier / Suspense - 1988 - Royaume-Uni - 114 MIN - Tous publics

En 1968, les nations possédant l’arme nucléaire (Etats-Unis, URSS, France et Grande-Bretagne) ont signé le Quatrième protocole, leur interdisant d’introduire une arme nucléaire dans un territoire étranger.

20 ans plus tard, le major Petrovsky du KGB décide de violer le protocole pour déclencher une guerre entre la Russie et l’Amérique. Il envoie un de ses agents en...

1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Sylvain Angiboust
Sylvain Angiboust
CHRONIQUEUR

Aux belles heures de la guerre froide, il pleuvait des complots de part et d’autres du mur de Berlin. Du pain béni pour le cinéma. « Le quatrième protocole » évoque un traité qui interdit aux quatre nations disposants alors de l’arme nucléaire de l’introduire clandestinement chez les autres.

Bien sûr Moscou ne l’entend pas de cette oreille et dans ce film, sorti en 1988, un terrible péril menace la perfide Albion. Une course contre le temps peut commencer, angoissante comme une minuterie.

Le casting est plein d’anglais dont certains dissimulent leur origine slave. Il en est ainsi souvent dans les films d’espions. Le grand Michael Caine est là, ainsi que Pierce Brosnan, Ned Beatty et Joanna Cassidy. Attention à l’effet de souffle.

Réalisé par

6 / 10
Le contexte

Cet autre film d'espionnage avec Michael Caine est un anti-James Bond. Harry Palmer (Caine) est un espion cynique, un bureaucrate qui n'apprécie guère l'aventure.

John Mackenzie

Après Alec Baldwin et Harrison Ford, c'est Ben Affleck qui prête ses traits à Jack Ryan, le héros créé par Tom Clancy. Il tente lui-aussi d'empêcher une attaque nucléaire sur son pays.

HARRY BROWN