LE SECRET DERRIÈRE LA PORTE

Bientôt disponible
Parce que le tournage du film se révéla tourmenté, pour ne pas dire davantage !
Policier / Suspense - 1948 - Etats-Unis - 94 MIN - Tous publics
Après la mort de son frère et seul parent, Celia rencontre à Mexico Mark Lamphere, un architecte qui la courtise. Elle accepte de l'épouser et s'aperçoit avec angoisse le jour de ses noces qu'elle a épousé quelqu'un dont elle ne connaît rien. Il la quitte d'ailleurs brusquement pour lui donner rendez-vous dans sa maison familiale de Lavender Falls. Là, Celia apprend de Caroline, la sœur...
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Philippe Rouyer
Philippe Rouyer
CHRONIQUEUR

Après La Rue rouge (1945), Le Secret derrière la porte est le second film de Diana Productions, société fondée par le cinéaste Fritz Lang avec la comédienne Joan Bennett, Walter Wanger, le mari de cette dernière et le scénariste Dudley Nichols. L'échec commercial du film a provoqué la faillite de cette maison de production et a contraint Lang à chercher de nouveaux producteurs. Soixante plus tard, ce film reste néanmoins parmi les plus admirés de son auteur pour ses fulgurances poétiques et ses audaces narratives, comme la séquence où le héros s'imagine dans un procès imaginaire qu'il se serait intenté à lui-même. Ce personnage mystérieux est interprété par le Britannique Michael Redgrave, grand acteur de composition capable de paraître tour à tour charmant et inquiétant comme le marionnettiste qu'il incarnait dans le film fantastique Au cœur de la nuit (1945) Mais dans Le Secret derrière la porte, celle dont on partage les espoirs, les élans et les angoisses, c'est bien sûr le personnage de la femme amoureuse incarnée par Joan Bennett. Elle avait déjà été dirigée par Lang à trois reprises : dans Chasse à l'homme en 1941, dans La Femme au portrait en 1944 et bien sûr dans La Rue rouge, l'autre film de Diana Productions. Nul doute que la comédienne doit à Lang quelques uns de ses meilleurs rôles, mais il ne faut pas oublier ses incursions dans la comédie sophistiquée (La Femme aux cigarettes blondes, 1939) et ses autres prestations dans le film noir. Par exemple dans La Femme sur la plage de Jean Renoir en 1946. En 1976, le cinéaste italien Dario Argento lui a rendu hommage en en faisant la directrice de l'école de danse dans son chef-d'œuvre Suspiria.

Réalisé par

7 / 10
Le contexte

Fritz Lang

LA FEMME AU PORTRAIT

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS