Bande Annonce de Le spectre du professeur HichcockDécouvrez la bande Annonce de Le spectre du professeur Hichcock sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2168/fond/2168_w_500.jpg
Riccardo Freda
Barbara SteeleElio JottaPeter BaldwinCarlo KechlerCarol BennetHarriet MedinReginald Price AndersonUmberto Raho

Le spectre du professeur Hichcock

97 mn

Note de SensCritique :

6 / 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Riccardo Freda.

Casting : Barbara Steele, Elio Jotta, Peter Baldwin, Carlo Kechler, Carol Bennet, Harriet Medin, Reginald Price Anderson. Umberto Raho

Synopsis : Passionné de sciences occultes, le professeur John Hichcock est malade et paralysé. Son médecin est également l’amant de sa femme, Margaret. Un soir, avec l’assentiment de celle-ci, il empoisonne le professeur dont la mort est considérée comme naturelle par la police. Les deux amants découvrent que le savant a laissé peu de chose à sa femme dans son testament. Par ailleurs, Margaret commence à soupçonner le docteur d’avoir dérobé argent et bijoux déposés dans le coffre. D’inquiétants évènements surviennent, laissant croire au retour du professeur sous la forme d’un fantôme, Margaret est atteint de folie homicide lorsqu’elle découvre que son amant veut la quitter. Mais le professeur Hichcock est-il vraiment mort ?  

Scénario : Oreste Biancoli, Riccardo Freda.
Musique : Franco Mannino.
Pays : Italie

Film pas encore disponible

C’est en 1962 que Riccardo Freda réalise ce Spectre du professeur Hichcock, un des chefs d’œuvre du cinéma d’épouvante italien. C’est le succès de L’Effroyable secret du professeur Hichcock, réalisé quelques mois plus tôt, par le même Freda, qui a incité ses producteurs à lui proposer une nouvelle incursion dans le genre. Le film est signé du pseudonyme utilisé par le réalisateur pour ses films d’épouvante, Robert Hampton, manière de gruger un public en lui laissant croire qu’il allait voir un film britannique. Car c’est l’époque, en effet, où les films produits par la société anglaise Hammer films remportaient un certain succès. Quant au nom du personnage principal, Hichcock, déjà utilisé par Freda, mais qui n’apparait ici que dans le titre français, l’Italie se contentant d’un sobre, Lo Spettro (Le Spectre), on voit bien quel réflexe ou quelle référence approximative, il est censé déclencher chez le spectateur. Le film est produit par la Panda Film une compagnie dirigée par Ermanno Donati et Luigi Carpentieri. La Panda Film avait déjà permis à Freda de réaliser L’Effroyable secret du professeur Hichcock et deux péplums dont l’allégorique et étonnant, Maciste en enfer.
Le scénario est signé des pseudonymes de Freda et d’Oreste Biancoli. Le cinéaste reprend son actrice du précédent Hichcock, Barbara Steele, devenue une des vedettes du genre, depuis ses débuts, en 1959 dans Le masque du démon de Mario Bava. Freda, qui en fut fort satisfait commentera d’ailleurs son interprétation en ces termes : « C’est une comédienne ahurissante…Vous ne pouvez pas imaginer ses yeux. Sur le plateau nous étions face à une vrai criminelle » Le film est tourné en quinze jours dans une villa romaine, quoique l’intrigue soit censée se passer dans l’Ecosse du début du XXe siècle.
Huis clos angoissant, Le Spectre du professeur Hichcock est une œuvre sombre, pessimiste voire désespérée. Occultisme, adultère, empoisonnement, avidité, meurtres à coups de rasoirs constituent les ingrédients d’un récit dont aucun personnage n’apparaitra sympathique au spectateur. Les conventions venues de la tradition littéraire gothique font l’objet d’un traitement de choc. La mise en scène conjugue l’inventivité indispensable à un tournage rapide et à un budget modeste à une science inouïe du cadrage. Freda fut, en effet, un des grands architectes du cinéma populaire italien.

Le Spectre du professeur Hichcok est signé d’un des plus grands cinéastes italiens, longtemps ignoré en raison de l’importance, certes justifiée mais un peu trop exclusive, qui fut accordée au néo-réalisme.
Riccardo Freda est né à Alexandrie en Egypte en 1909. Il étudie la sculpture avant de travailler au département cinéma du ministère de la culture. Il commence à écrire des scénarios et effectue des découpages techniques. Il réalise son premier film en 1943, Don Cesar de Bazan, adaptation d’une pièce inspirée de Victor Hugo. Alors que le néo-réalisme va éclater au sortir de la guerre et détermine ce que sera une grande partie de la production italienne, Freda va lui suivre une voie diamétralement opposée. Il fera sortir le cinéma populaire italien des pesanteurs de l’esthétique fasciste. Son œuvre est constituée de films d’aventures, d’adaptations littéraires, de drames à costume, de films de genre. Il anticipera sur la renaissance du péplum avec Spartacus en 1952 et Théodora, Impératrice de Byzance. Il inventera, un peu tôt peut-être, car le film n’aura aucun succès, le fantastique gothique transalpin avec Les Vampires en 1956. Il abordera tous les genres du cinéma populaire en fonction des modes : mélodrames, péplums, épouvante, espionnage, western spaghetti.
Mais la question du genre est moins importante avec lui que la recherche d’une matrice culturelle fondatrice avec laquelle les liens sont forts profonds, érudits. Le cinéma du samedi soir de Riccardo Freda est un véritable musée imaginaire au sein duquel les arts et les périodes se superposent et se croisent : Victor Hugo y côtoie le Piranèse, Léon Tolstoï y fréquente le Caravage, Stendhal y accompagne Piero della Francesca, Dumas y tutoie Chirico.
Freda fut largement mésestimé de son vivant par la critique italienne, obnubilée par l’idéologie néo-réaliste. C’est encore les Français qui ont fait le boulot. C’est, en effet, à une poignée de cinéphiles hexagonaux dont Jacques Lourcelles, Simon Mizrahi ou Bertrand Tavernier, que l’on doit, au début des années 1960, une authentique reconnaissance de l’importance de son œuvre.

Film gothique italien par excellence, Le Spectre du Professeur Hitchcock raconte l'histoire d'un scientifique atteint d'une maladie qui le mène innexorablement vers la paralysie générale, un état qui le révolte mais exige surtout des soins constants de la part de sa jeune ...

Lire la suite
7
Sophia
 
A voir également
Affiche du film Huit et demi

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film Les amants d outre-tombe
Inclus danspassillimite
 
En image
FilmoTV vous recommande
Affiche du film COMMENT J AI RENCONTRE MON PERE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film HHHH

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film VENISE SOUS LA NEIGE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film UN PROFIL POUR DEUX

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CONSPIRACY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film THE JANE DOE IDENTITY

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés