LE VOLEUR DE BAGDAD

À partir de 8.99 €
Un film à part, aux huit réalisateurs, à l’inoubliable Technicolor, aux 3 oscars, commencé à Londres sous les bombes et terminé à Hollywood en 1941.
Aventure / Action - 1946 - Grande-Bretagne - 105 MIN - VF - Tous publics

Condamné à mort par son propre vizir, l’odieux Jaffar, Ahmad, le bon prince de Bagdad, échappe à son sinistre sort grâce à Abu, jeune voleur malin et courageux. Tombé sous le charme de la fille du sultan de Bassorah, Ahmad se heurte à nouveau à l’ignoble Jaffar, lui aussi amoureux de la jeune fille. Victime des pouvoirs magiques de son rival, Ahmad devient aveugle, alors qu’Abu est transformé en chien. La bravoure de l’un et de l’autre, leur indéfectible amitié et les pouvoirs du génie de la bouteille, ne seront pas de trop pour réunir les amoureux et châtier l’usurpateur.

6.9 / 10
1MNavant
2MNaprès
Les avis sur Sens Critique
Laurent Bourdon
Laurent Bourdon
CHRONIQUEUR

Bien que portant le même titre que le film muet de Raoul Walsh, interprété, scénarisé et produit par Douglas Fairbanks à Hollywood au milieu des années 1920, le Voleur de Bagdad, produit à Londres par Alexander Korda à la fin des années 1930, n’en est pas véritablement un remake. S’ils partagent, évidemment, l’imaginaire des mille et une nuits, avec ses palais merveilleux, ses tapis et ses chevaux volants, ses princesses plus belles que le jour, ses héros très héroïques et ses méchants vraiment très méchants, les scénarios des deux films n’ont pas grand rapport.

De plus, présenté aux Londoniens le 25 décembre 1940 – tel un merveilleux cadeau de Noël – le Voleur de Bagdad, nouvelle version, est une production sonore tournée en Technicolor, comme il est rappelé aux spectateurs – qui auraient échappé à la tapageuse publicité – dès les premières secondes du film !

Avec le méchant Jaffar et le gentil Abu, avec le beau prince et la belle princesse, cette superproduction n’en finira sans doute jamais d’émerveiller grands et petits, offrant à chaque génération sa féérie en Technicolor, sa poésie naïve et ses trucages oscarisés.

FILMOTV vous recommande

Même réal

Même casting

Pas si éloigné

Contexte

Tim Whelan

CASABLANCA

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité