LES AMANTS DE LA JEUNE LADY CHATTERLEY

Bientôt disponible
Pour une intrigue qui s'éloigne quand même beaucoup du roman de DH Lawrence
Érotique - 1977 - Etats-Unis - 79 MIN - interdit aux moins de 16 ans
Epouse fortunée d'un homme d'affaire, Cynthia Chatterley vit en Angleterre, dans son château familial, transmis depuis six générations. Pour pallier l'absence constante de son époux, elle a sous la main Thomas, un vigoureux jardinier et quelques soubrettes libertines. Des visites viennent aussi pimenter ses journées. Non pas celle du professeur Bohart, trop amoureux des vieilles pierres pour prêter attention à ses avances, mais celle de Robert, son premier amant devenu prêtre, accompagné de sa soeur bigote et austère, Judith, et de son neveu Virgil, encore puceau et destiné à entrer dans les ordres. Tout ne serait donc que badinages sans la menace d'Howard Beechum III, industriel retors prêt à tout pour s'emparer de la propriété de Cynthia et y installer sa centrale nucléaire.

Réalisé par

Pas encore disponible
1MNavant
2MNaprès
Christophe Bier
Christophe Bier
CHRONIQUEUR
Mariée à un riche propriétaire terrien infirme et impuissant, une jeune épouse découvrait l’amour dans les bras velus de son garde-chasse. A partir de cette intrigue, D.H. Lawrence avait écrit en 1928 L’Amant de Lady Chatterley, un classique de la littérature érotique, qualifié d’obscène. Le portrait de cette femme libre provoqua un scandale et inspira plusieurs fois le cinéma, sous les traits de Danielle Darrieux, Sylvia Kristel et Marina Hands. Le nom même de Lady Chatterley est devenu promesse d’étreintes passionnées.

C’est évidemment ce qu’a compris le producteur-réalisateur Alan Roberts. En inventant une descendance à l’héroïne de Lawrence, forcément aussi libérée, il profite à peu de frais de la renommée sulfureuse du roman et s’épargne une fidèle adaptation en costumes. Il renonce aussi à ses ressorts dramatiques et à sa critique sociale virulente. Son objectif est de trousser un divertissement érotique digne de faire les belles heures du groupe Playboy qui en assura la diffusion.

Contrairement à la Lady d’origine, sa Cynthia Chatterley, épouse d’un riche homme d’affaires, n’a plus rien à apprendre du sexe et s’épanouit dans une suite de saynètes érotiques. C’est un aimable roman photo coquin ou tout est luxe, draps de soie et tremblements de chair. Un jardinier musclé, un ex-amant devenu prêtre, un jeune garçon puceau qui doit entrer dans les ordres, un pseudo comte d’origine française défilent, ainsi que des soubrettes dévergondées et rieuses. Une serre tropicale, la salle de bains, l’intérieur cossu d’une voiture avec chauffeur, les ruines d’une vieille chapelle en plein air et les descentes de lits en synthétique blanc permettent les étreintes savoureuses de tout ce joli monde.

Contexte

Alan Roberts

ONE DARK NIGHT

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité