LES AMANTS DU CAPRICORNE

Bientôt disponible
Parce que pour la première fois Hitchcock s'essayait à la couleur
Drame - 1950 - Royaume-Uni - 113 MIN - Tous publics

En 1831, l’Irlandais Charles Adare débarque en Australie et rencontre Sam Flusky, un riche propriétaire terrien à la réputation sulfureuse : ancien bagnard, celui-ci est resté à Sidney après avoir purgé sa peine et a fait fortune.

La femme de Sam, Lady Henrietta, s’avère être une lointaine cousine d’Adare, rongée par l’alcool et la dépression. En essayant de sortir Henrietta de ses vices, Charles va provoquer la jalousie de Sam et découvrir de terribles secrets.

Réalisé par

6.1 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Perrine Quennesson
Perrine Quennesson
CHRONIQUEUR

Deuxième film en couleurs d’Alfred Hitchcock après La Corde en 1948, Les amants du capricorne fut un film monté entièrement autour de et pour l’actrice Ingrid Bergman. C’était la troisième fois que les deux travaillaient ensemble après La maison du Docteur Edwardes et Les Enchaînés.

En 1831, Charles Adare rejoint son oncle gouverneur en Australie pour commencer une nouvelle vie. Lors d'un dîner chez un ancien forçat qui règne dans le monde des affaires locales, il découvre que la maîtresse de maison est sa cousine et amie d’enfance Henrietta. Il s'aperçoit peu à peu que cette dernière sombre dans la folie et l’alcool.

Le film qui réunit également Joseph Cotten et Michael Wilding n’a pas particulièrement porté chance à la société de production Transatlantic Pictures qui suite à son échec et à celui précédemment de La Corde a dû fermer boutique. Une anecdote qui donne tout son souffre à cette grande oeuvre méconnue.

Le contexte

Un autre mélodrame des antipodes. Une jeune femme muette est envoyée en Nouvelle-Zélande pour se marier: elle découvre la dure vie des colons et l'amour, mais pas celui de son mari.

Alfred Hitchcock

Amour et mystère dans l'aristocratie anglaise. Dans le rôle du mari ténébreux, non pas Joseph Cotten mais son grand ami Orson Welles.

L'OMBRE D'UN DOUTE

VOUS AIMEREZ PEUT-ETRE DANS LE PASS