LES AMOURS INTERDITES D'UNE RELIGIEUSE

Bientôt disponible
Parce que le film s'inspire de Diderot, mais de très loin
Érotique - 1979 - Italie - 86 MIN - interdit aux moins de 16 ans
La comtesse Isabella de Lignate rentre dans le couvent de Santa Fiora, au fin fond de la province de Grosseto, en Toscane, afin d’échapper à son oncle don Asconio, un être cynique et pervers. Mais dès son arrivée, la jeune femme se montre étonnamment hautaine et distante avec les autres religieuses…

Réalisé par

3.3 / 10
1MNavant
2MNaprès
Christophe Lemaire

Pour ne pas être corrompue par un membre de sa famille aux mœurs douteuses, la jeune comtesse Isabella est enfermée contre son gré par les siens dans un couvent. Un endroit sacré qui se transforme en un redoutable lupanar ou les nonnes entremêlent leurs chairs dans des accès de crise sexuelle blasphématoires. L’arrivée inopinée d’un beau jeune homme dans ce lieu sacré attise également les envies frustratoires de toutes ces filles de Dieu…

 

Stakhanoviste du cinéma bis italien, Joe d’Amato réalise ce « nunsploitation » (film érotique avec des nonnes), qui selon ses propres dires, lui a permis de mettre à l’écran un univers qui le fascinait depuis son adolescence. Dans l’imposant et indispensable bio filmographique que lui a consacré Sebastian Gayraud aux Editions Artus Films, l’auteur précise que le film fut vendu avec cette phrase d’accroche sur le matériel publicitaire : la vie dans un couvent selon Joe d’Amato, à déconseiller aux catholiques pratiquant. 

 

Alors sous l’influence d’autres films de nunsploitation sortis dans les années 70 comme les Diables de Ken Russel ou Intérieur d’un couvent de Walerian Borowczyk, D’Amato, fait bifurquer son délire catho/cul dans un onirisme décadent. Les séquences de lesbianisme, masturbation et autres saillies de ces nonnes en folie se déroulant sous l’influence d’une statue de démon qui semble prendre vie. Comme si L’Exorciste de William Friedkin venait s’inviter aux ébats. D’Amato, toujours sous l’influence de ses obsessions sexuello/cléricales remettra le couvert sept ans plus tard avec On l’appelle Sœur désir, qui, comme Les Amours interdites d’une religieuse, se veut également une relecture très perso de La Religieuse de Diderot. Probablement un de ses livres de chevet…

Contexte

Paola Senatore

Le film séminal des nonnes nymphomanes. Un classique signé Ken Russell.

Joe D'Amato

Le premier porno officiel de l'histoire du cinéma italien signé Joe D'Amato.

LA SECTE DES CANNIBALES

Vous aimerez peut-être dans le Pass Illimité

Même casting