LES APPARENCES

À partir de 4.99 € | -50% avec le Pass Illimité (sous conditions)
Drame - 2020 - Belgique|France - 106 MIN - VF - HD - Tous publics
Henri Monlibert, chef d'orchestre de l'opéra de Vienne et Eve, sa femme qui travaille à l'Institut français, semblent former le couple parfait. Ce ne sont que des apparences car Henri entretient une liaison avec Tina, l'institutrice de son fils Malo. Eve découvre la vérité et est bien décidée à mettre fin à cette histoire...
5.8 / 10
5.8 / 10
1 min avant1 min avant
2 min après2 min après
Les avis surSens Critique
Patrick Fabre
Patrick Fabre
CHRONIQUEUR

Mais que deviennent les valses de Vienne ? Les apparences, nouveau film du talentueux Marc Fitoussi, n’apporte pas de réponse à cette question existentielle posée par le chanteur François Feldman. En revanche, le réalisateur des très réussis Copacabana, Pauline Détective ou Maman à tort – ainsi que de la moitié des épisodes des deux dernières saisons de Dix pour cent – fait dans ce thriller bourgeois, une étude de mœurs d’une perversité réjouissante.

Fitoussi nous entraine donc à Vienne, au cœur de la microscopique communauté française. Ses personnages principaux : Ève et Henri, un couple en vue, parents d’un petit Malo. Ils ont tout pour être heureux. Lui est le chef d’orchestre de l’Opéra. Elle travaille à l’Institut français. Une vie apparemment sans fausse note. Jusqu’au jour où Ève découvre qu’Henri a une maîtresse : l’institutrice de leur fils…

Pour jouer Ève, Marc Fitoussi - qui a déjà travailler avec de grandes actrices comme Isabelle Huppert, Sandrine Kiberlain ou Émilie Dequenne, a fait appel à Karin Viard, qui est absolument parfaite. Face à elle Benjamin Biolay en mari volage et chef d’orchestre émérite. Également au générique, trois autres actrices : Laetitia Dosch, la maitresse d’école et du mari ; Pascale Arbillot, la meilleure amie ; et Evelyne Buyle, la commère. Elle sont toutes merveilleuses.

 
Dans le même genre vous pouvez trouver SOUPÇONS (Un thriller passionnel de Hitchcock) ou encore L'ENFER (Un drame de la jalousie signé Chabrol, inspiré par Clouzot).

Réalisé par

Même casting

Pas si éloigné