Bande Annonce de LES ARPENTEURSDécouvrez la bande Annonce de LES ARPENTEURS sur FilmoTVhttp:////content.filmotv.fr/elts/programmes/2073/fond/2073_w_500.jpg
Michel Soutter
Jacqueline MooreJacques DenisJean Luc BideauMarie DuboisMichel CassagneArmen GodelBenedict GampertGermaine TournierNicole Zufferey

LES ARPENTEURS

81 mn

Note de SensCritique :

/ 10
voir la bande annonce

Réalisateur : Michel Soutter.

Casting : Jacqueline Moore, Jacques Denis, Jean Luc Bideau, Marie Dubois, Michel Cassagne, Armen Godel, Benedict Gampert, Germaine Tournier. Nicole Zufferey

Synopsis : Amoureux de sa voisine Alice,  Lucien demande à Léon, un arpenteur, de lui apporter un panier de légumes qu'il a cueillis. Léon accepte de rendre ce service et fait connaissance avec la jeune femme brune qu'il trouve à son goût. Et, comme elle est également sensible à son charme,  ils ne tardent pas à faire l'amour. Le lendemain, Léon avoue à  Lucien qu'il a couché avec Alice. Puis il retourne rendre visite à Alice, mais il tombe alors sur une femme blonde, très différente, et qui lui réserve un accueil bien moins chaleureux..

Scénario : Michel Soutter.
Pays : Suisse
Tags : Drame, Comédie, Etrange !, Femmes de tête, Sans couleurs.

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
voir ce film
Signé par un pionnier du nouveau cinéma suisse, Les Arpenteurs est une oeuvre rare. D’abord par son scénario qui, sous des dehors de marivaudage, refuse les ficelles du romanesque et un déroulement dramatique conventionnel au profit de chemins de traverse bien à lui. Avec une pointe de nostalgie, le réalisateur Michel Soutter a déclaré « Les Arpenteurs c’est un film, mais pour moi, c’est aussi une époque, celle où nous étions libres de faire des films « fabriqués maison ». Cette époque si particulière c’est celle de la fin des années 60 du début des années 70, celle de la Nouvelle Vague suisse qui vit l’éclosion d’un cinéma en liberté, explorant écritures et sujets originaux.
Tourné en 16 mm avec peu de moyens, Les Arpenteurs a ensuite été gonflé en 35 mm et présenté au festival de Cannes et au festival de Dinard où il a obtenu le Grand prix en 1972. Et à la sortie du film, le critique Jean-Louis Bory ne manqua pas d’en souligner la grande qualité des dialogues, écrivant : « Pas si fréquent qu’on ait au cinéma la chance de se mettre dans l’oreille et dans les méninges un pareil texte ».

Anticonformiste, ponctué de scènes loufoques, articulé autour de rencontres fortuites, Les Arpenteurs est en fait un récit construit d’une manière quasi géométrique. Une dimension présente dans le titre.

Le tempo volontiers lent et les situations qui virent à l’absurde ou au gag peuvent surprendre, pourtant une logique imparable organise l’histoire comme en témoigne la circulation des objets entre les personnages que ce soit le panier de légumes ou la casquette par exemple.

Le projet du réalisateur Michel Soutter est en quelque sorte résumé dans le dernier plan du film où une définition toute personnelle du terme « arpenter » vient  s’inscrire sur l’écran : « marcher de long en large à grandes enjambées entre les maisons, les gens et les sentiments ».

Au-delà des histoires d’amour à multiples rebondissements, le propos est en effet plus vaste. Soutter a expliqué qu’il voulait à travers ce film « constater qu’on démolit les maisons comme les jardins, une manière d’exister, donc une façon de se comporter vis-à-vis d’autrui ». Pas de désespoir pour autant devant cette démolition juste un regard mélancolique et une bonne dose d’humour.

La force des Arpenteurs tient aussi largement au souci extrême apporté aux personnages et donc aux comédiens. On sent le plaisir du réalisateur à mettre en valeur les acteurs. Pour cela, il leur confie  des textes sensibles et bien écrits, mais il prend également le temps de filmer les regards, les silences de ces êtres capables de passer du flegmatisme à des accès de rage. Jean-Luc Bideau et Jacques Denis, duo rendu inoubliable par La Salamandre d’Alain Tanner, un autre film-clef du cinéma suisse de cette époque, se glissent ainsi à merveille dans cet univers très personnel. Un univers dont une phrase prononcée à un moment par Marie Dubois exprime bien la poésie : « J’ai toujours vécu à l’envers. Maintenant je voudrais vivre à l’endroit ».

A voir également
Affiche du film PUR WEEK END

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film L ADVERSAIRE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film CATWOMAN

à partir de

1.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INCONTRÔLABLE

à partir de

2.99
-50%
pour les abonnés
 
FilmoTV vous recommande
Affiche du film BASTILLE DAY

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film APPRENTICE

à partir de

3.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film IRREPROCHABLE

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film SUICIDE SQUAD

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film GENIUS

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés
 
Affiche du film INSAISISSABLES 2

à partir de

4.99
-50%
pour les abonnés